Floraison hâtive dans les vergers

Photo de Chloé-Anne Touma | Initiative de journalisme local
Par Chloé-Anne Touma | Initiative de journalisme local
Floraison hâtive dans les vergers
Les vergers seront en fleurs pour le weekend de la fête des Mères. (Photo : Chloé-Anne Touma)

Le printemps s’annonce précoce pour les agriculteurs de la région, alors que l’on prédit des vergers tout en fleurs pour la fin de semaine de la fête des Mères.

À Rougemont, on parle de la floraison de pommiers la plus hâtive depuis une décennie, soit celle de plus d’un demi-million de pommiers, grâce à des températures plus élevées que la moyenne, favorisant l’éclosion des bourgeons.

« Ça s’enligne pour être assez précoce, comme saison. D’ici une semaine, on devrait commencer à voir les premières fleurs sur les cultivars plus hâtifs et les sites les plus chauds », nous racontait le propriétaire de Verger Trois Pommes et vice-président de Tourisme Rougemont, Benoît Bouthillier, le 27 avril dernier.

500 000
C’est le nombre de pommiers qui auront fleuri de façon hâtive à Rougemont

Pas que des bons côtés

« C’est quand même un petit peu tôt. En milieu agricole, on n’aime pas vraiment ce genre d’extrême, car ça renforce le risque de gel au début du mois de mai. Il faut dire que la fleur est quand même assez sensible. Déjà, à -2°C, il peut y avoir des dommages. Mais à dire vrai, il n’y a pas une période de l’année en agriculture qui ne comporte pas des risques générant des inquiétudes. Heureusement, à Rougemont, on n’a jamais eu de saison catastrophique. »

M. Bouthillier explique que l’on profite de la fête des Mères pour en faire une attraction, « d’autant plus que nous sommes limités au chapitre des sorties que l’on peut faire. Emmener sa mère faire une marche dans un verger est une belle option. Le pique-nique en famille aussi. Il y a moins d’achalandage durant le temps des fleurs, et beaucoup d’entreprises sont ouvertes pour offrir l’espace pour manger à l’extérieur ».

Prévoir l’achalandage

Notons que l’année passée, malgré la pandémie, l’intérêt marqué pour les vergers avait attiré un achalandage monstre pour la cueillette de pommes.
« L’année passée, c’est vrai qu’il y avait vraiment un engouement et les gens venaient. C’est certain que l’on n’était pas dans la troisième vague comme maintenant. On n’avait pas eu de problème à faire respecter les mesures sanitaires, parce que l’on avait beaucoup de place à l’extérieur. On a vu quelques problèmes dans d’autres régions, mais à Rougemont, les clients étaient très respectueux. » M. Bouthillier estime que c’est cette fin de semaine que l’on enregistrera le plus de visites.

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires