Feu vert pour le Festival Bières et Saveurs de Chambly

Photo de Jean-Christophe Noël
Par Jean-Christophe Noël
Feu vert pour le Festival Bières et Saveurs de Chambly
(Photo : archives)

Après deux étés d’absence, le Festival Bières et Saveurs de Chambly renouera avec le public cet été.

« Autant au municipal, qu’au provincial, qu’au fédéral et chez Parcs Canada, tous les indicateurs sont au vert », mentionne Claude Demers, vice-président aux opérations et développement international chez Concept B, compagnie qui organise le légendaire événement au sein duquel des dizaines de milliers de festivaliers s’égayent les papilles de houblon et de nourriture. « À moins d’un variant virulent ou de quelque chose que personne ne voit venir, l’événement se tiendra », ajoute-t-il.

C’est en novembre, habituellement, que l’équipe s’active pour mettre sur pied le rendez-vous estival annuel. Malgré un léger retard à l’horaire, le plan établi depuis bon nombre d’années permet des points de repères aidant à rattraper ce recul. « Au retour des Fêtes, c’était encore incertain. À ce stade-ci, on a un petit mois de retard que l’on va rattraper. Ça reste que ce n’est pas une année normale », convient Claude Demers.

Actuellement en période de recrutement en ce qui a trait aux commerces tels microbrasseries, restaurants, cidreries, hydromelleries et vignobles québécois, le vice-président est positif. « Les commentaires que nous avons, c’est que l’on a très peu de désistements. On a bon espoir que le nombre d’exposants soit autour de ce qui en était lors de la dernière édition en 2019. C’est notre target, et ça regarde bien », avance-t-il.

Au moment d’écrire ces lignes, il n’était pas possible de nommer officiellement les artistes figurant à la programmation du festival. À la mi-avril, le portrait devrait être plus précis. Concept B égrainera l’information au fil des mois à ce sujet, jusqu’à l’aboutissement du lancement de presse en juin.

Après deux ans d’absence

C’est avec soulagement que l’équipe de Concept B aborde le retour de l’événement, à la suite de deux années d’abstinence. L’entreprise a toutefois pu conserver tout son personnel à l’emploi. « Ça fait deux ans que l’équipe est sur le break. On ressent une fébrilité supplémentaire. On a peut-être perdu notre cardio événementiel, mais on est en train de se remettre en forme », conclut en souriant M. Demers.

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires