Fermeture du pont no 1 de l’écluse du canal : des commerçants inquiets

Par Annabelle Baillargeon
Fermeture du pont no 1 de l’écluse du canal : des commerçants inquiets

ÉCONOMIE. La fermeture du pont no1 de l’écluse du canal de Chambly sur l’avenue Bourgogne inquiète des commerçants situés à proximité, qui craignent voir leur chiffre d’affaires chuter pendant des travaux.

« C’est une bonne nouvelle pour le long terme, mais une mauvaise pour le court terme », commente Richard Rassi, propriétaire du restaurant Fourquet Fourchette. Ce dernier explique que les travaux auront lieu lors de l’une des périodes les plus achalandées pour le restaurant : les Fêtes.

« Pendant cinq semaines, c’est environ 30% de notre chiffre d’affaires que nous faisons  », précise-t-il. Ce dernier rappelle qu’une situation similaire s’était produite il y a près de 10 ans, lors de travaux d’excavation sur l’avenue Bourgogne. La signalisation pour diriger les automobilistes vers les commerces était défaillante, selon M. Rassi.

« La clef, c’est une signalisation à toute épreuve. Je suis confiant qu’avec l’oreille attentive du maire de Chambly, nous serons soutenus », ajoute le propriétaire.

Ce dernier estime que 80% de sa clientèle vit dans un rayon de 50 km. Il est tout de même confiant que le restaurant continuera à accueillir ses clients si le détour est bien indiqué.

L’élément de difficulté sera seulement de bien diriger la clientèle qui vient de l’extérieur, puisque la sortie en « L » pour reprendre l’avenue Bourgogne près de la Bennett n’est pas nécessairement évidente.

Les travaux risquent toutefois plus d’impact à la boutique Kado Déko. Déjà, la période hivernale n’est pas évidente pour le commerce.

« C’est certain que les travaux vont coûter cher à la boutique. Nous avons deux catégories de clients : nos habitués et ceux qui découvrent notre boutique. On espère que nos clients fidèles feront le détour pour venir nous visiter », souhaite Denise Bergeron.

Même espoir du côté du Motel Bar Mon Repos, qui qualifie déjà la situation comme étant une « catastrophe ». «  Je comprends qu’il y a des travaux à faire, mais comment ça se fait qu’ils n’aient pas prévu un pont de contournement et qu’on n’a pas été prévenus plus tôt », questionne le propriétaire, Marc Dandurand.

À quelques pas de là, la propriétaire du restaurant à déjeuner Dame Tartine, Kim Chaumont, prévoit également une diminution d’achalandage à ses tables pendant la semaine.

« On s’attend à une diminution du chiffre d’affaires. Les professeurs qui venaient dîner ici qui viennent de l’autre côté du pont n’auront pas le temps de faire le détour », prévoit Mme Chaumont.

Cette dernière aurait apprécié être informée plus tôt afin de prévoir l’automne en conséquence.

« Il est difficile de prévoir l’impact que les travaux auront, on sera en mesure de l’évaluer lorsqu’ils auront commencé », conclut-elle.

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires