Fermeture du pont: Des commerçants exigent une route parallèle

Fermeture du pont: Des commerçants exigent une route parallèle

TRAVAUX. Des commerçants de l’avenue Bourgogne font circuler une pétition pour demander à Parcs Canada d’aménager une route parallèle dès que le pont de l’écluse no 1 du Canal de Chambly sera fermé pour travaux, à partir du 2 novembre jusqu’au mois de mar

L’instigatrice de la missive, qui est la propriétaire de la boutique Kado Déko, Colette Chouinard, a été appuyée par le propriétaire du Motel Bar Mon Repos, Marc Dandurand. «Pour Colette, c’est sa grosse période de l’année et Parcs Canada vient de lui couper l’herbe sous le pied pour cette année», estime-t-il.

Celui-ci a remis la pétition aux commerçants de la rue Bourgogne et les a incités à faire signer leurs clients. À ce jour, 500 personnes ont signé la pétition, mais Marc Dandurand s’attendait à obtenir plus de signatures.

 Selon lui, un pont de contournement permettrait de garder le lien entre les deux parties de l’avenue Bourgogne. Il a rencontré les représentants de Parcs Canada pour leur faire part de cette solution, mais on l’aurait informé que cette alternative avait été exclue.

Le propriétaire du Motel Bar Mon Repos se questionne sur cette décision et doute que des calculs aient été faits pour déterminer si un tel investissement est rentable.

«Parcs Canada doit comparer le prix d’un pont de contournement avec l’argent que les citoyens devront dépenser en essence pour faire le détour. Les citoyens de Chambly payent pour les travaux et le détour tandis que le budget de Parcs Canada, qui provient de tous les Canadiens, pourrait être utilisé pour faire cette route parallèle», affirme-t-il.

 Interrogé à ce sujet, Parcs Canada indique avoir fait des calculs avant de prendre sa décision. «Durant la phase de planification du projet, l’option de mise en place d’un pont de contournement n’a pas été retenue puisque l’estimation des coûts représentait un montant trop élevé par rapport au coût total du projet», affirme un agent aux communications, Simon Boiteau.

Lors de sa rencontre avec Parcs Canada et la Ville, M. Dandurand avance qu’ils n’auraient pas été en mesure de lui indiquer combien de personnes circulent sur l’avenue Bourgogne.

Parc Canada affirme, de son côté, que l’achalandage a été pris en compte. «Lors de l’évaluation du tracé du détour, Parcs Canada et le consultant chargé de la signalisation ont pris en compte les données fournies par le Ministère des Transports du Québec sur la circulation dans le secteur, notamment sur le boulevard de Périgny ainsi qu’à l’intersection de la route 112 et de l’avenue Bourgogne», soutient M. Boiteau.

«Je ne pense pas que Parcs Canada et la Ville soient malveillants, mais ils oublient l’aspect relatif aux personnes qui circulent sur l’avenue Bourgogne et ils minimisent l’impact des travaux sur les commerçants», conclut le propriétaire Motel Bar Mon Repos.

Les personnes qui désirent signer la pétition peuvent le faire à l’adresse suivante: http://www.petitions24.net/parc_canada_amenage_une_route_parallele_durant_les_travaux

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires