Félix Cormier-Boucher vise le top 12 en ski acrobatique

Photo de Martine Veillette
Par Martine Veillette
Félix Cormier-Boucher vise le top 12 en ski acrobatique
(Photo : courtoisie)

À l’aube des premières compétitions de 2019 en ski acrobatique, Félix Cormier-Boucher souhaite entrer dans le top 12 lors des Coupes du monde et passer à un niveau supérieur avec Équipe Canada.
Le jeune de Saint-Mathias-sur-Richelieu en est à sa deuxième année avec Équipe Canada. Pour le moment, il fait partie de l’équipe C et il vise à rejoindre la B.
Pour y arriver, son autre objectif est de réaliser un saut comprenant trois périlleux ainsi que trois vrilles. « Il faut que je réussisse une vrille par saut périlleux. C’est un saut qu’on appelle full. Si je réussis, ça m’aiderait à rejoindre l’équipe B », souligne l’athlète de 21 ans.
Dans le dernier mois, il s’est rendu en Finlande pour s’exercer dans un camp d’entraînement. Là-bas, il a réussi deux nouveaux sauts plus difficiles. « Ça va m’amener à un niveau plus compétitif. De les avoir réussis tôt en saison, c’est un avantage. Je vais pouvoir les utiliser en Coupe du monde », soutient le skieur.
Il se réjouit de cet exploit, d’autant que les athlètes n’ont pu amorcer leur entraînement que tardivement. « Il manquait de neige. Ils ont dit que c’était la première fois en 60 ans qu’ils voyaient ça. Ils ont dû faire de la neige et on a réussi à sauter cinq jours plus tard que prévu. »
C’est la troisième année qu’il participe à ce camp d’entraînement. Félix Cormier-Boucher affirme que c’est très exigeant et qu’il se donne à 100 % lors de chacun des entraînements.
Il participera à un autre camp, mais cette fois aux États-Unis au début janvier, avant la première compétition des 18 et 19 janvier à Lake Placid. Quatre autres compétitions mondiales s’enchaîneront ensuite en février et en mars.

« Je me sens choyé de pouvoir voyager autant et de découvrir des paysages à couper le souffle. » – Félix Cormier-Boucher

Passé de gymnaste

Avant de chausser des skis, le jeune Mathiassois a pratiqué pendant six ans la gymnastique. « Après ma troisième année de Sport-études, j’avais perdu la passion et je n’étais plus aussi motivé. Un jour, je suis allé skier à Val Saint-Côme et j’ai rencontré un athlète avec qui je m’étais déjà entraîné. La première fois que j’ai flippé avec des skis, je suis tombé en amour avec le sport », raconte-t-il.
Son passé de gymnaste l’aide à progresser en ski acrobatique. « Jeune, j’ai beaucoup développé mon orientation spatiale avec la gymnastique, dit-il. Ça m’aide à savoir où je me situe quand je suis dans les airs et pour bien atterrir. »

Métier

Pour l’instant, il a mis ses études en veilleuse après avoir obtenu son diplôme d’études secondaires. « Je suis manuel, je veux faire un DEP, mais plus tard. Pour le moment, je me concentre sur mon sport », indique-t-il.
Félix Cormier-Boucher a réussi à obtenir des commanditaires pour l‘aider financièrement. Il en a notamment un qui lui fournit son matériel sportif.
Il faut dire qu’avec les entraînements et les compétitions, l’athlète n’a pas beaucoup de temps libre pour étudier. « C’est un mode de vie, soutient-il. J’ai choisi de faire ça. Je ne suis pas à plaindre. Je me sens choyé de pouvoir voyager autant et de découvrir des paysages à couper le souffle. »
En dehors des moments de compétition un peu partout dans le monde, le skieur passe la majeure partie de ses étés au Centre national d’entraînement acrobatique Yves LaRoche, situé à Lac-Beauport, dans le coin de Québec.
Il ne voit pas souvent sa famille, mais affirme profiter de chaque moment quand il est dans sa ville natale.

Faits saillants de sa carrière

Huitième aux Championnats du monde juniors de Valmalenco en 2017.
Quatrième au classement général Nor-Am en 2017.
Deuxième aux Championnats canadiens en 2017.
(Source : freestyle Canada)

Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S’abonner  
Notifier de