Fabrice Gélinas Larrain : candidat vert dans Beloeil-Chambly

Photo de Chloé-Anne Touma | Initiative de journalisme local
Par Chloé-Anne Touma | Initiative de journalisme local
Fabrice Gélinas Larrain : candidat vert dans Beloeil-Chambly
Fabrice Gélinas Larrain est le candidat du Parti vert dans Beloeil-Chambly. (Photo : courtoisie)

Le journal s’est entretenu avec Fabrice Gélinas Larrain, candidat du Parti vert dans Beloeil-Chambly.

Parlez-nous un peu de vous.

J’ai eu 20 ans le 30 août dernier, je suis résidant de Mont-Saint-Hilaire depuis sept ans environ. J’ai été surveillant-sauveteur dans la communauté, à Mont-Saint-Hilaire puis à Beloeil. Je suis présentement étudiant à l’Université McGill. J’y fais une majeure en sciences politiques et deux mineures en économie et en développement international.

Vous êtes très jeune, est-ce que le Parti vert est pour vous le parti des jeunes?

Je suis habitué à ce que l’on me trouve jeune. Je suis content de ne pas être le seul et que d’autres jeunes candidats se présentent aux élections. Le Parti vert sera certainement soutenu par une grande proportion de jeunes électeurs, car les enjeux climatiques les préoccupent, bien qu’ils affectent tout le monde. Il est certain que ça nous touche plus et que plus les années passent, plus on en parle.

Quels enjeux environnementaux vous tiennent à cœur dans la circonscription?

Les problèmes de pollution de la rivière Richelieu, le manque de respect des lois en matière de circulation, de vitesse et de bruit. J’aimerais aider les municipalités à renforcer ces règlements. Ça prend du leadership pour coopérer entre juridictions concernées, au provincial, au fédéral, et au niveau des municipalités. Quant aux organismes écologiques de la région, il faut au moins les inviter à prendre part aux discussions, si ce n’est les financer davantage.

Quel enjeu économique retient votre attention?

L’apport de main-d’œuvre est très important. Je pense que l’on parle d’environ 200 000 postes vacants au Québec. Je pense que la pandémie n’a pas très bien été gérée. Plusieurs familles ont manqué de travail, tandis que les petites et moyennes entreprises de la région manquent de main-d’œuvre. Le Parti vert propose de taxer davantage les grandes compagnies qui ont fait du profit durant cette période.

Où vous situez-vous par rapport à l’immigration et aux travailleurs étrangers?

Mon père est Québécois, mais ma mère est Bolivienne. Présentement, mon cousin en Bolivie souhaite venir s’établir au Canada pour y travailler dans le domaine de l’informatique, pour lequel il y a une demande. Le problème, c’est le délai de traitement de son dossier. On devrait rendre le processus d’immigration plus rapide et facile afin que les immigrants qualifiés comme mon cousin puissent arriver au pays plus vite et combler le besoin de main-d’œuvre.

Quelle leçon faut-il tirer de la pandémie?

La pandémie a montré que notre système de santé n’était pas très équitable et que les personnes bénéficiant de soins privés étaient privilégiées et soignées plus rapidement. Le Parti vert souhaite coopérer avec les provinces qui ont des initiatives pour les soins de longue durée relevant du réseau public et visant à mettre fin aux services privés de soins de longue durée.

Quelles sont vos attentes électorales?

Je veux mener une campagne centrée sur les enjeux écologiques et sociaux du comté et du Canada, et donner une voix aux jeunes générations, incluant tous ceux qui voteront pour la première fois.

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires