En danger de démolition

Photo de Chloé-Anne Touma | Initiative de journalisme local
Par Chloé-Anne Touma | Initiative de journalisme local
En danger de démolition
La maison du 21, rue Lafontaine, à Chambly, risque la démolition. (Photo : réseaux sociaux)

Une autre maison à « intérêt patrimonial élevé » risque la démolition à Chambly.

Une demande de permis de démolition a récemment été déposée par le propriétaire de la résidence située au 21, rue Lafontaine, à Chambly. Le dossier sera étudié par le comité de démolition de Chambly le 30 juin prochain.

Notons que la maison, construite en 1855, avait même été relocalisée sur un nouveau terrain en 2005.

« J’ai visité cette maison dans l’espoir de la rénover; elle est complètement pourrie. Il n’y a absolument rien à faire », affirme un citoyen qui souhaite taire son nom. « Je possède des immeubles à revenus et je m’y connais assez. Lorsque j’ai vu que cette maison était à vendre, j’ai été la visiter, et je vous le dis, tout y est pourri. Rien n’y est récupérable. Le toit de bardeaux est perforé, l’eau y a pénétré pendant des années. Il est peut-être même dangereux de marcher dans cette maison où le bois s’effrite », insiste l’homme convaincu, qui dit avoir suggéré de renforcer la structure avec des poutres de métal ou de béton avant de balayer cette possibilité.

« On ne parle pas du tout de dénaturer le quartier et de remplacer la maison par un triplex qui va rompre avec le décor. » – Jean-Philippe Thibault

La déception d’une citoyenne

Selon les sources du journal, dont Marie-France Beauchamp, fille de celle qui aurait possédé la maison à l’époque de sa restauration, le propriétaire actuel serait Groupe Balex. « C’est avec beaucoup de tristesse que j’ai appris la demande de démolition de la ‘‘maison Beauchamp’’. Toutefois, je dois avouer que c’est avec très peu de surprise, malheureusement! Ma mère avait acheté la maison de la famille Simard (feu Thomas). La maison était, lors de l’achat, en 1971, en bien piètre état », explique Mme Beauchamp. 

« Avec tout son amour, son courage et sa volonté, ma mère l’avait rénovée et en avait fait une maison où il faisait bon vivre et où tout un chacun était toujours le bienvenu. Je suis personnellement allée rencontrer et discuter brièvement avec Karine Brodeur, vice-présidente du Groupe Balex, propriétaire de la maison de ma mère. Je vais d’ailleurs régulièrement visiter la maison. J’avais observé quelques changements, dont l’entretien de la galerie et un peu de peinture. J’en étais très heureuse et je croyais que cela donnait bon augure. » Puis, elle aurait appris de la représentante du Groupe Balex que la Ville aurait « encouragé » les acquéreurs à opter pour la démolition de la maison.

« Selon les dires de Mme Brodeur lors de notre conversation, la maison a été achetée avec l’intention d’être rénovée. On m’a dit beaucoup aimer la maison et son style. J’ai toutefois été déçue, pour ne pas dire choquée, lorsqu’elle m’a informée que dès leur premier entretien avec les gens concernés à la Ville de Chambly, ces derniers auraient immédiatement encouragé les propriétaires à opter pour la démolition. Je trouve déplorable que la Ville de Chambly ne cherche pas à encourager la rénovation et la sauvegarde de notre patrimoine. Toutefois, on m’a dit que les propriétaires désiraient reproduire une maison similaire dans le même style. J’ose espérer que c’est ce qu’ils feront, si un permis de démolition est autorisé. »Mme Beauchamp se remémore « avec beaucoup d’émotion la nuit du déménagement en 2005. Déménagement très impressionnant et émouvant, dois-je avouer! » Elle rappelle finalement que « Cette maison fait partie du patrimoine de notre ville. Qui sait ce que le comité de démolition décidera… ». 

La réponse du CCU

« Pas un professionnel au Comité et à la Ville n’encouragerait la démolition d’une maison. Il est impossible que quelqu’un de la Ville ait dit ce que mentionne Mme Beauchamp comme lui ayant été rapporté », a clarifié, en date du 21 juin, la mairesse de Chambly, Alexandra Labbé.

Le conseiller Jean-Philippe Thibault, qui siège au comité de consultation en urbanisme (CCU) en tant que vice-président, a indiqué qu’ « en ce qui concerne l’état dit ‘‘irrécupérable’’ de la maison, c’est bien l’information qui a été transmise au comité lors des représentations. L’ensemble des membres du CCU, y compris les citoyens qui y siègent, sont très sensibles à la cause de la conservation de l’aspect patrimonial du quartier. Soyez assurés du fait que cela fera partie de toutes nos discussions et que tout projet de démolition doit être accompagné d’une demande de construction de bâtiment qui sera conforme aux exigences architecturales et patrimoniales en ce sens. On ne parle pas du tout de dénaturer le quartier et de remplacer la maison par un triplex qui va rompre avec le décor ».

Une aide-conseil pour les propriétaires

Rappelons que la Ville rend désormais accessible une aide-conseil aux propriétaires de maisons patrimoniales, pour les accompagner dans la restauration, la rénovation et d’agrandissement.

Partager cet article