Empreintes immortalisées sur papier

Empreintes immortalisées sur papier

L'exposition Traces humaines a cet avantage d'être accessible aux passants.

Crédit photo : SM

Après avoir exploré l’an dernier la thématique « Mouvement », le club de photographie, l’Iris de Chambly (CPIC) présente l’exposition « Traces humaines » au parc de Fréhel et au parc du lieu historique national du Fort-Chambly.

Sous l’impulsion de la Ville de Chambly qui finance cet événement rendu à sa 6 édition, l’exposition présente 56 photographies, œuvres de 33 photographes.

« Il faut passer régulièrement sur la rue de Bourgogne pour voir les gens d’ici et d’ailleurs s’arrêter pour regarder, mais surtout qui discutent ou échangent des opinions. C’est le but de l’exposition : voir des images exceptionnelles », observe le maire Denis Lavoie lors du dévoilement tenu jeudi dernier au Centre nautique Gervais-Désourdy, en raison de la pluie.

Le maire évoque l’effort que fait la Ville en matière d’offre culturelle pour dire que la participation financière à cet événement demeure modeste au regard du travail de création des photographes membres du CPIC.

Traces

Le choix de puiser à même 150 photos reçues « n’est jamais facile », dira Guy Rochette, président du CPIC qui a demandé à la cinquantaine de ses membres de lui proposer quatre photos chacun à partir d’un thème ayant trait aux « traces humaines », dépourvues toutefois de présence de personnes.

Ainsi, Guy Rochette a tenu à ce que le travail soit réalisé de façon très professionnelle, car, « 300 à 400 000 » personnes, dont des touristes visitent Chambly chaque année.

Aux photographes ayant accepté de participer à l’exposition, Guy Rochette leur a assuré qu’ils auront une photo exposée dans chacun des deux endroits.

Le président a suggéré aux photographes au lieu d’une présentation architecturale de privilégier plutôt « le 2 degré sur le plan de la représentation ». Et d’ajouter que l’édition de 2018 s’inscrit dans « la continuité. On a dit aux membres : ce n’est pas un trip technique ni poétique nécessairement. On veut que le visiteur puisse lire l’image simplement, facilement sans que ce soit très complexe. » Donc, la présence des photos à l’extérieur peut rendre celles-ci davantage accessibles aux gens que si elles étaient dans un musée ou une galerie, a laissé entendre Guy Rochette.

« Il faut passer régulièrement sur la rue de Bourgogne pour voir les gens d’ici et d’ailleurs s’arrêter pour regarder, mais surtout qui discutent ou échangent des opinions. C’est le but de l’exposition : voir des images exceptionnelles. » – Le maire Denis Lavoie

À voir de près certaines de ces créations, force est de constater que les photographes ont promené librement leurs regards ici et dans des contrées lointaines. Le choix des lieux; les lumières du moment; les vestiges naturels, ceux façonnés par l’homme et ceux laissés à l’abandon; des objets quelconques deviennent importants par la magie de la photographie, bref une bonne quantité d’images imprégnées par un côté esthétique dont des photographes ont fait preuve.

La Ville de Chambly invite la population à venir admirer les 56 photographies grand format, en couleur ou en noir et blanc. L’exposition se déroule jusqu’au 8 octobre.

Vivement des photographes !

Fondé en 2011, le CPIC compte aujourd’hui 55 membres, dont la majorité réside à Chambly. Ils sont réunis autour d’un objectif, celui de partager, développer et promouvoir leurs compétences photographiques.

Après avoir été obligé de quitter le local dans le bâtiment appartenant à la Caisse populaire Desjardins à Richelieu, le club a pu se loger maintenant dans le complexe sportif IsatisLe club souhaite augmenter de 20 % l’effectif pour continuer à offrir des activités. Il a un besoin urgent de membres.

Contact : 450 572-1452.

Courriel : presidentirisdechambly.com