Elle reprend son rôle de Jade pour une quatrième saison

Par Martine Veillette
Elle reprend son rôle de Jade pour une quatrième saison
Charlotte Aubin incarne depuis quatre ans Jade Francoeur dans la série. (Photo : courtoisie - Laurent Guérin)

Les téléspectateurs pourront voir, dès le 9 septembre, Charlotte Aubin dans son rôle de Jade Francoeur dans l’émission L’Échappée à TVA.

La jeune femme de 27 ans, native de Carignan, nous parle de son rôle ainsi que de sa carrière de comédienne, qu’elle a amorcée jeune. Elle n’avait que 14 ans quand elle a obtenu le rôle-titre de l’adaptation québécoise du film Roméo et Juliette, en 2006. Aujourd’hui, elle a quitté sa ville natale, mais avoue y avoir eu une belle enfance et en conserver un attachement.

Que représente le rôle de Jade pour vous?

« Quand je suis sortie de l’école (de l’École nationale de théâtre en 2015), mon gros contrat a été le rôle de Cassandra dans Blue Moon. C’est une série plus nichée et plus un rôle de composition. La fille a fait l’armée, elle est une rough and tough. J’aime bien le personnage de Jade, elle est dans une autre zone complètement. J’ai aussi fait de grandes rencontres, comme Julie Perreault, qui est rendue une grande amie. C’est une émission à plus large public. C’est un rôle qui est important.

C’est aussi intéressant de voir le personnage se développer sur plusieurs années. Souvent, on sait où ça commence et où ça finit. Là, on y va au fur et à mesure. Ça prend une flexibilité. C’est comme dans une vie, on se laisse inspirer par le moment. J’ai beaucoup appris dans cette longévité. Elle vieillit avec moi. »

À quel point elle vous ressemble ou elle est différente de vous?

« En général, tous les personnages ont une grande part de soi. Leur tempérament a un fond de nous pour qu’ils soient le mieux incarnés possible. Pour Jade, la bienveillance, la douceur, l’envie de créer des projets se rapprochent de moi. Mais elle est un peu plus conformiste que moi, et je la joue un peu plus jeune que je suis. Elle perd aussi le contrôle de ses émotions plus facilement. »

Qu’est-ce qui l’attend pour la quatrième saison?

« Elle a vécu beaucoup de malheurs dans les dernières saisons. Là, elle essaie de prendre sa vie d’adulte en main. Les autres saisons, elle essayait de garder un équilibre à travers ce qu’elle a vécu. Elle voulait prendre soin de son chum, de Francis et de sa mère. Là, elle est épuisée et ressent le besoin de prendre soin d’elle. Ça l’amène à remettre plusieurs choses en question comme son rapport avec le désir d’avoir des enfants, sa relation de couple. Elle essaie de s’écouter et de prendre soin d’elle. Elle vit des choses plus lumineuses. C’était agréable à jouer. Elle est devenue plus une femme. »

Quelle est l’ambiance sur le plateau?

« C’est la même équipe technique et les mêmes comédiens. On s’est bâti une famille. C’est agréable de les retrouver. On sait comment travailler ensemble et traverser les épreuves lors des tournages. Les réalisateurs ont changé. Ça fait du renouveau tout en gardant une équipe de base solide. »

Vous verra-t-on dans d’autres séries cette année?

« Oui, je reprends mon rôle d’Aurélie dans Les Pays d’en haut. Elle revient au village.

Je fais aussi partie de la saison 3 de La dérape, sur le Club Illico. Mon personnage est arrivé à la fin de la saison 2. Il est plus important à la saison 3. Je vais apprendre les rouages de pilote de course avec un coach. Ça me sort de ma zone de confort, mais c’est agréable comme défi. »

Justement, y a-t-il un type de personnage que vous avez envie qu’on vous confie?

« J’aime me déployer dans des personnages différents et visiter un maximum de zones. Je n’ai pas de personnage type. Ça me plaît d’aller jouer une grande romantique (dans Les Pays d’en haut) et ensuite la femme d’affaires (dans La dérape). C’est l’éventail que je trouve bien. Après ça, tout le monde veut jouer un psychopathe et le prendre à bras-le-corps, le défendre et lui donner une raison d’être. Dans La dérape, je visite un peu ces zones avec cette femme d’affaires froide. »

Est-ce difficile de participer à différents tournages en même temps?

« Je n’ai pas de problème avec ça. Pour moi, c’est compartimenté dans ma tête. Quand j’arrive sur un tournage, je sais dans quoi mon personnage s’inscrit. Après, ça demande de la rigueur car les journées de tournage sont exigeantes. J’étudie beaucoup mes textes d’avance pour bien comprendre la structure, bien m’inscrire dans la scène et transmettre mes propos de façon juste. Mon but est d’être libre quand j’arrive et de n’avoir qu’à écouter l’autre et à voir ce qu’il me propose. »

Mélissa Desormeaux-Poulin de retour dans Ruptures

Le 9 septembre, les téléspectateurs pourront aussi retrouver la Chamblyenne Mélissa Desormeaux-Poulin dans son rôle d’Ariane Beaumont dans Ruptures. Il n’a cependant pas été possible de lui parler dû à son horaire chargé.

Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S’abonner  
Notifier de