Élections fédérales : Des organismes font leurs souhaits

Élections fédérales : Des organismes font leurs souhaits

ÉLECTIONS. Le Journal de Chambly a voulu souligner à sa façon le début de la campagne électorale fédérale en demandant à différents organismes de « souffler des bougies »… pour voir leurs souhaits se réaliser! Voici les doléances recueillies.

Investir dans des logements abordables

Le directeur de l’Association coopérative d’économie familiale (ACEF) de la Montérégie-Est, Roger Lafrance, désire que le gouvernement fédéral augmente le financement dédié à l’implantation de logements sociaux afin de contrer la pauvreté.

La directrice de l’Office municipal d’habitation de Chambly, Sylvie Charbonneau, partage le même souhait et espère, plus particulièrement que ces logements sociaux soient destinés en priorité aux personnes seules. «Nos listes d’attente les plus longues sont celles s’adressant à ces individus qu’ils soient jeunes ou qu’ils aient plus de 60 ans», indique-t-elle.

Mme Charbonneau espère aussi que le gouvernement fédéral continuera d’investir dans la rénovation des habitations à loyer modique (HLM), tel qu’annoncé récemment pas le Parti conservateur puisque les premiers implantés à Chambly datent de 1970.

Assurer un revenu aux aînés

Afin que les personnes âgées soient en mesure de payer leur logement, le président de la FADOQ, Royal Adam, croit que celles-ci doivent recevoir une pension appropriée. «Je veux que le gouvernement leur donne un chèque qui leur permet de vivre comme du monde», affirme-t-il.

Rétablir le service de livraison du courrier à domicile

Selon M. Adam, la vie des aînés sera aussi facilitée si le fédéral réussi à convaincre Postes Canada de rétablir le service de livraison du courrier à domicile. «C’est difficile pour les aînés à mobilité réduite ou en fauteuil roulant de se déplacer, surtout l’hiver», soutient-il.

Développer le transport en commun

La question du déplacement préoccupe aussi Mathieu Vigneault, le directeur général de Place aux jeunes en région, une organisation qui facilite la migration et le maintien des diplômés de 18 à 35 ans en région.

Alors qu’Emploi-Québec prévoit que 133 000 emplois seront à pourvoir d’ici 2017 sur le territoire, M. Vigneault croit qu’un des moyens pour attirer la relève est que le gouvernement fédéral améliore la desserte des transports en commun.

Maintenir la gestion de l’offre

La relève dans le milieu agricole doit elle aussi être soutenue, selon le président du syndicat de l’Union des producteurs agricoles (UPA), Yvon Boucher, et le premier vice-président de l’UPA Montérégie, Jérémie Letellier. Les deux attendent du gouvernement fédéral qu’il maintienne l’intégralité du système de la gestion de l’offre, qui consiste à allouer un certain nombre de quotas de productions aux agriculteurs.

Selon eux, la survie des fermes de la région dépend des négociations du Partenariat transpacifique, Sans ce système, les producteurs ne seront plus assurés de vendre leurs produits et d’obtenir un certain revenu. Comme l’explique M. Lettellier, son maintien permettra «d’éviter que les prix des produits diminuent pour les agriculteurs alors qu’ils resteront les mêmes à l’épicerie». Il soutient que, dans un cas semblable, ce sont les distributeurs qui feront des profits aux dépens des producteurs.

Protéger la rivière Richelieu

Chantale Chatelain du COVABAR croit que le gouvernement fédéral doit continuer de financer la réalisation de projets qui visent à protéger les espèces en péril. «Ceci permet d’atténuer les impacts des activités humaines sur la qualité de l’eau et les écosystèmes associés en plus de sensibiliser la population», indique-t-elle.

En ce qui concerne la rivière Richelieu, Mme Chatelain désire que le fédéral simplifie les procédures afin de limiter la vitesse et le bruit sur ce cours d’eau.

Des fonds pour les infrastructures

Pour sa part, le maire de Chambly, Denis Lavoie, est plutôt préoccupé par les infrastructures aux abords du bassin de Chambly. Il demande donc au futur gouvernement de remettre le quai fédéral en état et de lui payer sa juste part en ce qui a trait aux paiements octroyés aux municipalités ayant un site historique sur leur territoire, comme le Fort-Chambly.

Il exige une action dans un délai maximum de six mois qui inclurait la prise en compte d’une évaluation indépendante de la valeur foncière du Fort, comme l’a suggéré le candidat sortant, Matthew Dubé, ainsi que de la décision de la Cour suprême en faveur d’Halifax dans un litige similaire. Le manque à gagner évalué par la Ville s’élève à plus de 250 000$.

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires