Éducation : 8000 travailleurs recherchés

Photo de Jean-Christophe Noël
Par Jean-Christophe Noël
Éducation : 8000 travailleurs recherchés
Jean-François Roberge (Photo : archives)

Jean-François Roberge a annoncé quatre mesures dans le but de recruter 8000 enseignants, personnel de soutien et autres professionnels d’ici cinq ans pour pallier la pénurie de main-d’œuvre en éducation.

Les retraités sont appelés à effectuer un retour dans le réseau à l’aide d’un incitatif qui leur sera accordé. La mesure leur permet de toucher le même salaire que lorsqu’ils ont quitté le réseau, soit de demeurer au sommet de l’échelle salariale sans pénalité sur leurs prestations de retraite.

Des contrats de remplacement à long terme seront désormais accordés à des suppléants afin de leur assurer des journées de travail toute l’année. Cette façon de faire « permettrait une stabilité dans les écoles et c’est aussi un facteur d’attraction pour nos jeunes enseignants », explique le ministre de l’Éducation.

Aussi, Québec propose que les centres de services scolaires devancent leurs séances d’affectations plutôt que d’attendre tard en été, juste avant la rentrée des élèves. « Cela assurerait une meilleure prévisibilité et améliorerait les conditions de travail », décrit Jean-François Roberge, député de Chambly.

La quatrième mesure parle de bonifier l’offre de formation pour les services de garde en milieu scolaire. Le ministre mentionne que 22,6 M$ seront investis dans les cinq prochaines années pour former davantage d’éducatrices. Formations en ligne, francisation des nouveaux arrivants et reconnaissances des acquis sont ce que toucheraient cette initiative.

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
1 Commentaire
plus ancien
plus récent plus voté
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires
Huy Le
Huy Le
10 mois

Si je me réjouis que le gouvernement bouge enfin sur la question de pénurie du personnel, il serait bien que le ministre Jean-François Roberge agisse plus rapidement sur la sécurité du personnel pour pouvoir les garder. Par exemple, avant la pandémie, les problèmes de la qualité de l’air de nos écoles étaient connus, ils auraient pu faire des actions durant les 2 derniers étés, mais nous sommes encore à la phase d’analyse, espérons qu’il va enfin faire quelque chose cet été pour être prêt pour la prochaine vague.

Last edited 10 mois by Huy Le