Du wushu sanda à Carignan

Par Martine Veillette
Du wushu sanda à Carignan
Adrien Rebelo, Laurent Pierre, instructeur, et Gabriel Boudreau. (Photo : courtoisie)

Depuis un peu plus d’un an, des athlètes de Chambly et de Carignan s’exercent au wushu sanda, un art martial chinois. Cependant, ils doivent s’exiler en dehors du Québec pour participer à des compétitions.

Laurent Pierre, qui est à l’origine du Club Wushu Carignan, explique que ce sport est d’origine chinoise, comparativement au judo ou au karaté, plus connus au Québec, qui sont des disciplines japonaises. Le wushu est le sport dérivé de l’art martial kung-fu .

L’athlète d’origine française a exporté le sport pour le faire vivre dans sa ville d’adoption, Carignan. « J’ai ouvert le club pour pouvoir encore pratiquer mon sport et faire découvrir ma passion à d’autres », explique-t-il.

M. Pierre a amorcé son parcours dans les arts martiaux avec le judo, puis en jiu-jitsu au début des années 90. En 1996, il a découvert le kung-fu. L’athlète a participé à différents championnats. Il a notamment été champion du Tournoi national France Sanda en 2012. Il est ceinture noire au kung-fu-wushu, ceinture marron en judo et ceinture marron en jiu-jitsu. Il enseigne les arts martiaux depuis 2013.

Le fondateur du club à Carignan se réjouit du nombre de membres. « On est seize. Pour le coin, c’est pas mal », avance-t-il.

Jeux d’hiver d’Ontario

De ces membres, deux se sont classés pour participer aux Jeux d’hiver de l’Ontario, les Orillia, qui se dérouleront du 27 février au 1er mars.

Gabriel Boudreau, 14 ans, de Carignan, en sera à sa seconde participation à une compétition d’envergure. Il avait participé l’an dernier au Championnat canadien. « Il est très jeune. Il a l’avantage d’avoir déjà été en compétition. Il a pu sentir la pression une première fois. Il a un fort potentiel. Il commence à avoir une bonne base physique et psychologique », décrit l’entraîneur.

Adrien Rebelo, 25 ans, de Chambly, goûtera à sa première compétition majeure dans ce sport. « C’est un ancien boxeur et joueur de rugby. Il est très sportif. Il est très engagé et volontaire. Du côté technique, il pourrait avoir quelques difficultés. »

De son côté, Laurent Pierre, avec ses 43 ans, est déjà trop vieux pour compétitionner. « On ne peut plus combattre après 34 ans parce que ça devient trop dangereux », précise-t-il.

« J’ai ouvert le club pour pouvoir encore pratiquer mon sport et faire découvrir ma passion à d’autres. » – Laurent Pierre

Non autorisé au Québec

Les compétitions dans cette discipline, comme pour d’autres arts martiaux, ne sont pas autorisées au Québec. Les athlètes du Club Wushu Carignan doivent donc se rendre dans les autres provinces pour rivaliser, ce qui restreint les opportunités. « J’ai voulu organiser des combats ici pour faire connaître le sport et je n’ai pas pu », indique M. Pierre.

En 2013, il y a eu une modification au Code criminel par le gouvernement fédéral. L’article 83 visait l’encadrement des activités des sports de combat, dont la responsabilité relève dorénavant des provinces.

Le ministère de l’Éducation, du Loisir et du Sport mentionne que « les dispositions légales et réglementaires existantes du Québec ne permettent pas la pratique de plusieurs sports de combat amateurs. Des travaux sont présentement en cours afin d’assurer le suivi approprié pour la pratique de l’ensemble des sports de combat sur son territoire, et ce, dans un cadre sécuritaire pour les personnes participantes ».

En attendant que, peut-être un jour, Québec autorise cette pratique, les membres de Wushu Carignan louent une voiture pour se rendre dans des compétitions à 600 km ou moins de Carignan. « On participe aux compétitions qui sont les plus proches », soutient l’entraîneur.

Qu’est-ce que le wushu sanda?

Laurent Pierre explique que les combats de wushu sanda se déroulent sur deux ou trois rounds de trois minutes.

Les athlètes de wushu exécutent des coups de pied et de poing ainsi que des techniques de projection. Pour se préparer à un combat, les athlètes doivent s’entraîner en cardio. Ils font donc beaucoup de sauts à la corde. Pour la partie projection, ils travaillent leur résistance.

M. Laurent précise que les coups de genou et de coude ne sont pas permis.

Partager cet article

2
Laisser un commentaire

avatar
2 Fils de commentaires
0 Réponses de fil
0 Abonnés
 
Commentaire avec le plus de réactions
Le plus populaire des commentaires
1 Auteurs du commentaire
Boissy, G. Auteurs de commentaires récents
  S’abonner  
newestplus récent plus ancien Le plus populaire
Notifier de
Boissy, G.
Guest
Boissy, G.

Gabriel est de Chambly et non de Carignan

trackback

[…] Du wushu sanda à Carignan […]