Du vélo pour prévenir l’irréparable

Photo de Martine Veillette
Par Martine Veillette
Du vélo pour prévenir l’irréparable
Une quinzaine de cyclistes ont roulé 600 km à vélo en deux jours entre Lévis et New Richmond. (Photo : courtoisie)

Une quinzaine de cyclistes, dont Annie Bélanger et Éric Lavallée de Chambly, ont roulé 600 km à vélo afin de faire la prévention du suicide dans le cadre du “ Défi On roule pour toi! “

Le défi se déroulait entre Lévis et New Richmond, les 31 mai et 1er juin. La majorité des cyclistes provenait de ce secteur, à l’exception des deux Chamblyens. Membre du Club cycliste de Chambly, Mme Bélanger a entraîné son coéquipier dans l’aventure. « Il a une joie de vivre et aime faire du vélo. Je lui ai donc demandé de m’accompagner », raconte la cycliste.

Elle a pris connaissance de l’événement par le biais d’une collègue de travail. Le sujet la touche personnellement car elle a perdu deux membres de sa famille, dont elle était proche, par le suicide.

Mme Bélanger souligne que des ressources d’aide existent, autant pour les personnes qui songent à poser l’acte que pour celles qui sont endeuillées. L’événement amasse des fonds pour l’Association québécoise de prévention du suicide (AQPS) et fait aussi la promotion de cette aide. Le message porté par le défi en est un de solidarité face à la détresse.

« Il nous arrive tous de manquer de force en cours de route, de vivre des moments de découragement, de la douleur et des doutes. En roulant en groupe, on peut resserrer les rangs autour de la personne qui a besoin de reprendre son souffle. Cette image de solidarité s’applique à toutes les sphères de la vie. Si un ami ou un collègue a des difficultés, on doit, comme communauté, l’encourager à tenir bon et lui rappeler qu’on va l’aider à “ pédaler ” pendant un instant », souligne Cédric Boilard, l’organisateur du défi.

« Quand on vit un bas et que ça ne va pas, il faut se trouver un rêve et se changer les idées pour aller de l’avant. » – Annie Bélanger

Un défi physique et mental

Le défi était important puisque le parcours se faisait sans relais. Les cyclistes enfourchaient leur vélo dès 4 h 30, et ce, jusqu’en soirée. La première journée, ils ont roulé 315 km et la seconde, 275 km.

« Personne ne fait 600 km en deux jours. On s’est fait traiter de fous! », s’exclame la Chamblyenne. Elle s’est entraînée durant huit mois en vue de ce défi, tant en puissance qu’en masse musculaire.

« Je n’ai jamais voulu lâcher. Tout le monde a eu ses bobos et vécu des hauts et des bas. Il y avait une vibe. Tout le monde se supportait. Le défi a été plus facile que je ne le pensais », soutient celle qui avoue avoir des frissons à en parler.

Elle ajoute que des autopatrouilles étaient présentes pour les escorter. Les conditions étaient idéales, selon elle.

Pour le moment, la femme de 35 ans ne sait pas si elle participera comme cycliste ou bénévole l’an prochain. « Ça m’a amenée à faire un gros lâcher-prise et à aller de l’avant, indique-t-elle. Mes émotions par rapport au suicide ne sont plus les mêmes. Je vois les choses différemment. »

Elle ajoute que le « but est de trouver sa passion. Quand on vit un bas et que ça ne va pas, il faut se trouver un rêve et se changer les idées pour aller de l’avant ».

Les participants ont visité un centre d’aide accessible aux personnes en difficulté durant leur parcours. Un moment que Mme Bélanger a apprécié.

La thérapeute en réadaptation physique est également touchée par cette cause en raison de son métier. « Je travaille avec des gens qui ont des douleurs chroniques. Ils sont susceptibles de vivre des dépressions et des épisodes difficiles », relate-t-elle.

Fonds

Le défi vise à amasser de l’argent pour AQPS afin de maintenir le centre d’appel ouvert.

Pour le moment, ils ont amassé 9300 $. « On a encore espoir d’atteindre notre objectif de 10 000 $! », s’exclame Mme Bélanger. Il est possible de faire des dons via le site Web du défi www.onroulepourtoi.com.

Ressources de prévention du suicide

Les personnes qui ont besoin d’aide, qui s’inquiètent pour un proche ou qui sont endeuillées par le suicide peuvent appeler la Ligne québécoise de prévention du suicide au 1 866-APPELLE (277-3553). Le service est gratuit, confidentiel et accessible 24 heures 7 jours, partout au Québec.

Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S’abonner  
Notifier de