Du sport pour eux aussi

Photo de Jean-Christophe Noël
Par Jean-Christophe Noël
Du sport pour eux aussi
La surface de hockey de terrain du Centre jeunesse de la Montérégie de Chambly existe grâce aux sommes amassées par Jerry et ceux qui l'aident. (Photo : (Photo : courtoisie))

C’est grâce aux actions posées par Jerry Blackburn que des jeunes du Centre jeunesse de la Montérégie de Chambly ont une vie plus active.

Ce sont plus de 350 000 $ que le trentenaire a amassés en cinq ans. Le propriétaire de Blackburn Athletics, dont l’une des salles d’entraînement si situe à Chambly, a choisi d’aider les jeunes sous la Loi de la Protection de la Jeunesse de la Montérégie. « Ça me fait de la peine que chaque jeune n’ait pas la même chance. Je veux les aider à avoir accès aux mêmes outils que moi pour faire du sport, communiquer, socialiser et se sentir normal », explique M. Blackburn quant à son choix d’engagement envers ce type de clientèle.

Jerry Blackburn est issu d’une toile de fond peu lumineuse. Boulimie, cocaïne et combats de rue, c’est ainsi qu’il décrit l’univers dans lequel il a grandi. « Tout ce qui est nocif et ce que les parents ne veulent pas que tu fasses, je viens de là. J’avais peu d’estime de moi », raconte ouvertement l’homme. Il se considère toutefois chanceux d’avoir eu des parents qui l’aimaient. Propriétaire de quatre gyms et père de famille, il se dit désormais outillé pour aider son prochain

Clientèle oubliée 

C’est une couche de la société que certains regardent sans empathie qui se retrouve dans les centres jeunesse. « Quand un jeune n’agit pas selon les normes de la société, c’est facile de le juger », convient Jerry Blackburn. Il rappelle qu’outre les jeunes ayant des problèmes de comportement, les centres jeunesse de la Montérégie abritent aussi des jeunes touchés par la maladie mentale. « On peut vouloir les oublier, mais la réalité, c’est que ces jeunes ont juste besoin d’encadrement, d’outils et d’amour », résume l’homme rassembleur.

Fondation du Centre jeunesse de la Montérégie

Jerry Blackburn a mis sur pied le fonds Blackburn Athletics de la Fondation du Centre jeunesse de la Montérégie. Grâce à l’argent, plus de 2 000 jeunes ont eu accès à des sports, à des camps de jour, au matériel sportif ou à toute activité sportive. Sa dernière levée de fonds, un tournoi de golf tenu le 3 octobre dernier, a permis d’amasser à elle seule 100 000 $. Au Centre jeunesse de Chambly, une surface de dek hockey a été construite grâce aux dons. « On permet aux jeunes de sortir de leur milieu familial, souvent toxique ou défavorisé, et de faire du sport », avance M. Blackburn. Au Centre jeunesse de Salaberry, la salle d’entraînement a été entièrement refaite. C’est en allant y donner une conférence qu’il avait constaté le besoin. « Je suis entré au gym et j’ai failli vomir; c’était dégueulasse. Personne ne voudrait s’entraîner là », rappelle-t-il.   

Quand il a ouvert sa toute première salle d’entraînement, il y a cinq ans, il savait qu’au-delà de l’entrepreneuriat, il souhaitait avoir un effet positif dans la vie des gens. L’alliance entre le Centre jeunesse de la Montérégie et lui s’est faite aisément. Quelques mois après avoir démarré l’entreprise, l’entrepreneur a voulu mettre en oeuvre une levée de fonds. Il s’est mis à magasiner les différentes fondations. « Je voulais m’assurer d’en trouver une où mon argent serait bien géré », commente-t-il. Il est entré en contact avec Suzie Roy, directrice générale de la Fondation du Centre jeunesse de la Montérégie. Il lui a fait part de son objectif d’amasser 10 000 $ pour la Fondation. Avec ouverture, elle a offert son aide tout en le mettant en garde de la difficulté de recueillir des dons. Ce sont non pas 10 000 $, mais bien 12 000 $ que Jerry a amassés. « À partir de ce moment, ils ont dit »Bon, ce gars-là, c’est du sérieux! » », avance l’homme déterminé. Depuis, la relation est établie et la collaboration, fluide.

« Jerry a un engagement exceptionnel envers nos jeunes. Son désir de les aider à être en forme, à bien canaliser leur énergie et à découvrir de nouvelles passions est sincère. L’investissement en temps que Jerry met pour organiser des levées de fonds ainsi que sa capacité à mobiliser toute son équipe et ses clients sont remarquables. C’est vraiment beau et impressionnant de voir un jeune entrepreneur aider la jeunesse », ajoute la DG de la Fondation, Suzie Roy.

L’argent a été amassé aussi à travers des tournois de golf et de poker. Des activités sont également prévues avec les clients de ses salles d’entraînement. Quatre fois par année, il ferme les portes de ses gyms et organise des compétitions amicales en équipe ou en individuel. Le coût de l’inscription est entièrement remis à la Fondation. S’ajoute à la cagnotte l’argent provenant de publicités affichées à l’écran des téléviseurs des salles sportives de Jerry Blackburn. Il vend de 3 000 $ à 9 000 $ par année en visibilité à des entreprises qui s’y diffusent. Encore, tout cet argent va directement à la Fondation.

« Je ne veux pas que les gens se souviennent de moi comme Jerry, le propriétaire de nombreux gyms, mais de Jerry, celui qui veut rendre accessible le sport auprès de jeunes vulnérables », termine le propriétaire de Blackburn Athletics.

Partager cet article