Douleurs au scrotum : 4 causes possibles et leurs traitements

Publireportage
Douleurs au scrotum : 4 causes possibles et leurs traitements

Le scrotum est l’enveloppe de peau qui contient les testicules, lesquels sont particulièrement sensibles. En l’absence de traumatisme, les origines d’une douleur au niveau du scrotum sont nombreuses et variées. Celle-ci peut évidemment être liée aux testicules, mais également à l’aine (ex. : hernie inguinale) ou à l’abdomen (ex. : appendicite ou calculs rénaux). Elle peut être le symptôme d’un problème bénin ou grave nécessitant une intervention d’urgence.

Voici quelques-unes des causes urogénitales possibles ainsi que les traitements appropriés :

  1. Torsion du testicule

On parle de torsion testiculaire lorsqu’un testicule tourne et que son cordon spermatique se tord, ce qui bloque la circulation sanguine vers le testicule et provoque une douleur soudaine et intense ainsi que de la fièvre et des vomissements, par exemple. Si le problème n’est pas pris en charge rapidement, le testicule peut mourir. En présence de ces symptômes, il est urgent de voir un médecin. En général, une intervention chirurgicale est nécessaire pour détordre le cordon.

Notez que la torsion est plus fréquente chez les nouveau-nés et les adolescents, et plutôt rare chez les aînés. Par ailleurs, l’appendice testiculaire (un fragment de tissu sur le testicule) peut aussi subir une torsion et obstruer la circulation sanguine, surtout chez les garçons de 7 à 14 ans.

  1. Épididymite

L’épididymite est une inflammation de l’épididyme, soit le conduit enroulé au-dessus du testicule où les spermatozoïdes sont conservés après avoir quitté les testicules. Il s’agit de la principale cause de douleurs au scrotum chez les adultes. Celle-ci est souvent due à une infection transmissible sexuellement et s’accompagne généralement d’une enflure et d’une chaleur dans le scrotum, voire d’une sensation de brûlure ou de douleurs lors de la miction, par exemple. Elle peut également être chronique.

Divers traitements médicamenteux (ex. : prise d’antibiotiques ou d’anti-inflammatoires non stéroïdiens) et non médicamenteux (ex. : acupuncture ou stimulation nerveuse électrique transcutanée) peuvent être envisagés pour la traiter. Un urologue pourra vous conseiller : cliquez ici pour en savoir plus.

  1. Orchite

L’orchite est une infection du testicule, généralement provoquée par un virus tel que les oreillons. Gonflement et douleur du testicule en sont les principaux symptômes, mais maux de tête, nausées et douleurs musculaires, entre autres, peuvent également se manifester. Repos, antalgiques et glace sont les meilleurs remèdes. En cas d’infection bactérienne, la prise d’antibiotiques peut aussi s’avérer nécessaire.

  1. Accumulation de liquide

Le spermatocèle (accumulation de sperme au-dessus du testicule) et l’hydrocèle (accumulation de liquide dans une poche entourant le testicule) entraînent tous deux une augmentation du volume du scrotum. Il s’agit de maladies bénignes qui ne causent habituellement pas de douleur, mais qui peuvent créer un inconfort. Il est possible de procéder à une chirurgie (cure de spermatocèle ou d’hydrocèle) pour que le scrotum retrouve son volume d’origine.

Dans tous les cas, en présence de douleurs au scrotum ou d’un gonflement, il est conseillé de consulter un professionnel de la santé tel que les urologues des Cliniques Marois. Si la douleur est sévère ou qu’elle s’accompagne de vomissements, d’une forte fièvre ou de détresse respiratoire, par exemple, présentez-vous sans tarder aux urgences.

Partager cet article