Deuxième vague de la COVID-19 : bientôt des interventions sans mandat dans les résidences privées

Photo de Frédéric Khalkhal
Par Frédéric Khalkhal
Deuxième vague de la COVID-19 : bientôt des interventions sans mandat dans les résidences privées
Horacio Arruda et Christian Dubé lors de la conférence de presse aujourd’hui. (Photo : gouvernement du Québec)

Le 22 septembre, 68 617 personnes ont été infectées par la COVID-19 au Québec. Une augmentation de 489 personnes par rapport à hier. Un décès est à signaler. Le bilan est de 5 805 morts dans la province. Au Canada, la situation augmente aussi. Ce sont 146 407 personnes qui ont été atteintes du coronavirus. Les décès sont au nombre de 9 261 depuis le début de la pandémie.

« Le Québec entre dans une deuxième vague de la COVID-19. Nous avons le pouvoir de renverser la tendance en limitant nos contacts. Plus que jamais, la suite dépend de nos efforts et de notre solidarité », a expliqué le ministre de la Santé Christian Dubé aujourd’hui, à un point de presse qu’il organisait avec le directeur de la santé publique Horacio Arruda.

Le ministre a annoncé l’entrée en zone orange de la région de Laval et de l’Outaouais. D’autre part, la région du Centre du Québec entrait en zone jaune.
Afin de classer les régions en zone verte, jaune ou orange, M. Dubé a indiqué que la santé publique ne regardait pas seulement le nombre de cas, mais aussi le nombre d’éclosion et la capacité hospitalière à y répondre.

« La deuxième vague frappe différemment en fonction des régions et est différente par rapport à la première. Ce n’est pas dans les CHSLDet les résidences pour personnes âgées en ce moment que les cas sont déclarés, la transmission est aujourd’hui communautaire. L’âge des personnes infectées est aussi différent, on parle des jeunes. Ces différences nous poussent à travailler différemment », d’indiquer le ministre.

Malgré un nombre réduit de mort et d’hospitalisation, M. Dubé craint la transmission communautaire « parce que même si l’âge des personnes infectées est plus jeune, cela va finir par se rendre aux personnes plus vulnérables », explique-t-il en précisant que le personnel hospitalier est d’autant plus mobilisé.

« Le Québec entre dans une deuxième vague de la COVID-19. Nous avons le pouvoir de renverser la tendance en limitant nos contacts. Plus que jamais, la suite dépend de nos efforts et de notre solidarité. » – Christian Dubé

Une scénario déjà vu
Comme lors de la première vague, M. Dubé a lancé un appel à la population pour s’inscrire sur le site JeContribue. « Pour les tests on recherche des audiologistes, des dentistes, des hygiénistes dentaires, des infirmières auxiliaire, des physiothérapeute, des infirmières, des diététistes nutritionnistes, des sages femmes, des orthophonistes, des technologistes médicaux car plusieurs de ces personnes là sont à la retraite. Cela pourrait intéresser beaucoup de gens. »

En ce qui concerne les enquêtes suivant un cas de COVID-19, il a lancé un appel aux policiers à la retraite ou à toutes les personnes qui ont une expérience en enquête ou en sondage.

En réflexion
Lors de la période de question, le Dr Arruda a indiqué être dans une phase de réflexion avec la sécurité publique afin de permettre aux policiers d’intervenir dans les résidences sans mandat. « Ça arrive. Entrer dans une maison sans mandat cela fait appel à des changements importants, mais nous serions ici dans un contexte sanitaire. »

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires