Deux scénarios étudiés pour la nouvelle école primaire

Par Karine Guillet
Deux scénarios étudiés pour la nouvelle école primaire

ÉDUCATION. La construction de la nouvelle école primaire à Chambly entraînera le déplacement de 500 à 600 élèves des écoles Sainte-Marie et de Bourgogne, selon les deux hypothèses étudiées par la commission scolaire des Patriotes (CSP).

La CSP présente ces jours-ci les deux hypothèses sur lesquelles elle travaille aux conseils d’établissements des écoles concernés. Le conseil des commissaires devrait adopter officiellement le nouveau plan de répartition à la séance publique du 1er décembre.  

La première hypothèse étudiée par la CSP entraînerait le déplacement de 498 élèves. La nouvelle école serait constituée de 317 élèves provenant de l’école de Bourgogne et de 101 élèves de l’école Sainte-Marie. Ce scénarios entrainerait aussi le déplacement de 80 élèves du près de la rue Clémence-Sabatté qui fréquentent l’école Sainte-Marie vers l’école de Bourgogne. Le secteur de la nouvelle école se situerait entre le boulevard Brassard, l’avenue Kent,  la rue Charron et l’avenue de Salaberry.

La seconde hypothèse déplacerait 590 élèves de leur école, dont 396 de l’école de Bourgogne et 27 de l’école Sainte-Marie vers la nouvelle école. Dans le remaniement, 167 élèves de l’école Sainte-Marie fréquenteraient aussi dorénavant l’école de Bourgogne.  Dans cette hypothèse, le secteur de la nouvelle école serait délimité par les rues Michel-Lagüe, de Longueuil, des Oblats et Jean-Bigonesse. Les élèves près de la rue Clémence-Sabatté qui fréquentent l’école Sainte-Marie seraient aussi redirigés vers l’école de Bourgogne

À la différence de la première hypothèse, les élèves du quartier de la rue de Niverville passeraient maintenant l’école de Bourgogne, mais les élèves de l’école Sainte-Marie situés entre le boulevard de Brassard et les rues des Récollets et Duclos continueraient de fréquenter la même école.

Les territoires des écoles De Salaberry, Jacques-De Chambly et de la Passerelle ne seront pas modifiés dans les deux cas.

Limiter les impacts

La CSP a cherché à limiter les modifications à l’actuel plan de répartition, adopté en 2013-2014. La commission scolaire souhaitait également favoriser la stabilité des élèves, éviter le morcellement du secteur de chaque école et encourager  les élèves marcheurs.

Le document de travail du nouveau plan de répartition est disponible sur le site Web de la CSP. Les parents qui souhaitent donner leur opinion peuvent contacter leur conseil d’établissement respectif ou se présenter à la prochaine séance des commissaires, le 3 novembre prochain.

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires