Deux élèves d’ici performent au Défi génie inventif ÉTS

Photo de Martine Veillette
Par Martine Veillette
Deux élèves d’ici performent au Défi génie inventif ÉTS
Camille Giguère et Alexandre Breton, de l’école secondaire Monseigneur-Euclide-Théberge, tiennent leur prototype présenté au concours. (Photo : courtoisie)

Deux élèves de l’école secondaire Monseigneur-Euclide-Théberge, à Marieville, ont obtenu une médaille de bronze avec leur invention au Défi génie inventif ÉTS.

En plus de la médaille de bronze, Alexandre Breton et Camille Giguère ont obtenu une bourse de 250 $, remise par l’École de technologie supérieure (ÉTS) pour leur prototype La commotion.

Le projet du défi ‘’ Pèse su’l piton ‘’ a commencé en classe. Les élèves devaient former une paire pour construire un appareil appelé à enclencher une cascade d’événements après avoir appuyé sur un bouton.

Une fois le circuit enclenché dans leur prototype, une première bille part dans le trajet. Elle roule pour aller frapper un morceau de bois qui heurte une seconde bille. Cette dernière passe ensuite sur un mur de clous pour se rendre sur une bascule où se trouve une autre bille à une extrémité. Cette bille lève et atterrit sur une trappe à souris qui enclenche la dernière étape vers la catapulte.

« Dès le départ, on avait l’intention de se rendre loin. Plus on avançait, plus on voulait se rendre plus loin. » – Alexandre Breton

Alexandre a indiqué au Journal qu’il avait choisi sa coéquipière, avec qui il s’entend bien. « Dès le départ, on avait l’intention de se rendre loin. Plus on avançait, plus on voulait se rendre plus loin. Entre chaque étape, on travaillait le midi ou le soir pour l’améliorer », souligne l’adolescent de 15 ans.

Le duo a remporté le titre des meilleurs de leur classe, ensuite de l’école. Il a été parmi les cinq meilleurs de la région pour se rendre à la finale provinciale. « Ça a été une belle expérience et plus le fun que je pensais», dit-il.

Le défi

Au total, le Défi génie inventif ÉTS regroupait 101 jeunes, de 12 à 17 ans, qui ont mis à l’épreuve leurs prototypes durant deux jours. Les meilleures équipes se sont affrontées dans le cadre de la finale A. Les autres ont pu disputer une dernière partie à la finale B. L’équipe de Marieville a fait partie de la finale A.

« On a raté deux des quatre tirs dans les qualifications, explique Alexandre. On a finalement terminé les derniers de la finale A. »

Réseau Technoscience

Le Réseau Technoscience et ses organismes régionaux veulent promouvoir le goût des sciences et des technologies chez les jeunes de 4 à 20 ans.

Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S’abonner  
Notifier de