Destruction de la maison Boileau

Photo de Frédéric Khalkhal
Par Frédéric Khalkhal
Destruction de la maison Boileau
(Photo : Frédéric Khalkhal)

CHAMBLY. On a parlé de destruction, de sauvegarde, la Ville a acheté le terrain, on a trouvé une solution afin de financer des travaux onéreux pour sauver la maison Boileau en installant des horodateurs à Chambly et finalement, ce sera la destruction du bâtiment qui aura prévalu.
Aujourd’hui, vers 7 h du matin, le froid n’a pas ralenti les pelles mécaniques qui se sont mises à l’ouvrage pour détruire la demeure ancestrale, datant du 19e siècle, sur la rue Martel à Chambly.
La Ville, dans un communiqué, a expliqué que la décision venait de la direction générale de Chambly. « Cette décision a été principalement prise pour des raisons de vétusté du bâtiment et de sécurité, car la maison était devenue dangereuse pour les citoyens. Les rapports des professionnels, les analyses des experts et les coûts engendrés pour sa réhabilitation ont également motivé cette difficile décision », peut-on y lire.
À l’été 2016, Chambly a acquis de gré à gré le terrain et la maison du 22-24, rue Martel pour la somme de 555 000 $. Le prix avait été fixé par des évaluateurs.
À l’époque, le maire estimait une mise de fonds nécessaire de 1,5 million de dollars pour l’achat et la restauration de la maison, en plus d’une récurrence de 50 000 $ pour les opérations du bureau de tourisme qui devraient s’y installer.
Chambly dit aujourd’hui clairement que « le mauvais entretien de la maison, avant l’acquisition par la Ville, a causé des dommages irréversibles qui ne peuvent sauver la structure d’origine. Les experts concluent que les désordres structuraux sont trop importants et le bâtiment ne peut être rénové et conservé. »
Pourtant, en mai 2016, la Ville a mis en place des horodateurs pour les non-résidants. Une façon, selon le maire au moment où la décision a été prise, de ne pas imposer le fardeau de la restauration de la maison aux contribuables de la Municipalité. Une maison dont on connaissait déjà les conditions de délabrement avancées.
« Considérant également qu’une réhabilitation et une restauration sont estimées à plus de 2 millions et qu’il faut prendre en considération la capacité de payer de chaque citoyen, la direction générale de la Ville de Chambly a recommandé sa démolition », est-il spécifié dans le communiqué.
Les dirigeants indiquent cependant dans le communiqué qu’ « au cours des prochains mois, les membres du conseil municipal devront évaluer différentes options pour l’avenir de cet emplacement, toujours dans l’optique de respecter la capacité de payer des contribuables ».
Contacté par le Journal de Chambly, Michel Larose a indiqué en effet que c’était lui qui avait donné l’ordre hier de détruire la maison Boileau aujourd’hui. « Je souhaitai le faire la semaine dernière, mais la neige nous a empêché. Notre entrepreneur nous a indiqué que cette maison était dangereuse. Il fallait agir et je suis celui qui est responsable des bâtiments publics », précise M. Larose. Depuis l’achat de la maison Boileau, M. Larose indique que 731 000 $ ont été dépensés pour sa préservation « en incluant le prix d’achat de 555 000 $. »
Il explique d’autre part que reconstruire une maison Boileau à neuf « coûterait environ 1,4 M$, la rénovation aurait dépassé largement les 2 millions. Le conseil en décidera. »
L’argent collecté par les horodateurs servira toujours pour le patrimoine de Chambly tient à ajouter M. Larose.
Réaction du député-ministre de Chambly
Le député de Chambly Jean-François Roberge, et ministre de l’Éducation s’est dit surpris et déçu de la démolition de la Maison-Boileau.
« À aucun moment, je n’ai été informé que des travaux de démolition étaient prévus. Je suis surpris et déçu de la décision de la Ville de Chambly d’ordonner la destruction de ce bâtiment plus que centenaire », affirme le député, qui dit avoir été alerté par un citoyen. Au contraire, celui-ci avait plutôt reçu des indications selon lesquelles le bâtiment serait préservé.
Dès qu’il a été informé de la situation, et ce malgré que l’intégrité du bâtiment était déjà sérieusement compromise, son équipe a contacté le ministère de la Culture et des Communications. Celui-ci n’était cependant pas en pouvoir d’intervenir, vu que la Maison Boileau n’était pas classée comme bien patrimonial en vertu de la Loi sur le patrimoine culturel.
En 2016, une demande en ce sens du député Roberge s’était d’ailleurs heurtée au refus de la ministre de la Culture de l’époque, Hélène David. Selon elle, la bâtisse comptait une architecture commune à 11 autres maisons patriotes classées dans le secteur. M. Roberge avait exprimé son désaccord avec cette position à l’époque.
Suite à ce triste événement, Jean-François Roberge entend rencontrer la ministre de la Culture et des Communications Nathalie Roy pour voir comment éviter que de telles situations ne se reproduisent à l’avenir. Toutes les options sont sur la table, y compris la voie législative, a fait savoir le député.
Christian Picard devra comparaître
Au moment de la destruction du bâtiment, plusieurs citoyens ont tenté d’empêcher la démolition. La Ville, propriétaire des lieux, a demandé aux policiers de faire évacuer les citoyens.
Christian Picard, candidat pour le Parti québécois aux dernières élections provinciales a refusé de respecter l’avis d’éviction émis par la Ville. Ce dernier a été escorté par les policiers et devra comparaître en janvier.
Il a indiqué au Journal de Chambly en soirée qu’il avait apprécié la réaction de son ancien adversaire, M. Roberge dans ce dossier. « Il ne faut pas de politique partisane ici. La municipalité à 350 ans, elle a un patrimoine bâti qu’il faut préserver. Il est désormais trop tard pour la maison Boileau, mais il est temps de préserver une partie de Chambly comme on l’a fait pour La Prairie par exemple. »

Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S’abonner  
Notifier de