Des sujets féminins pour tous

Photo de Jean-Christophe Noël
Par Jean-Christophe Noël
Des sujets féminins pour tous
La metteuse en scène Catherine Papineau. (Photo : archives)

Au fil des années, ce sont des sujets dont la femme est au cœur desquels la Chamblyenne Catherine Papineau a tissé une partie de son œuvre théâtrale.

« Il y a des injustices entre ce que les femmes vivent comparativement aux hommes. Sur le plan des agressions sexuelles et de la violence conjugale, il y aura toujours plus de femmes victimes », exprime celle qui, à travers ses plus de 20 ans à titre de travailleuse sociale, a été sensibilisée à cet écart entre les genres.

Celle qui a été intervenante en violence conjugale souligne, malgré une évolution, le clivage, qui se situe tant au chapitre de l’implication familiale que sur le plan des salaires dans le milieu professionnel. Son regard sur la femme, elle l’a communiqué à travers ses œuvres. On lie à son passeport artistique la pièce Groupe Seins, présentée en 2018 au Café Théâtre de Chambly (CTC), qu’elle a écrite et mise en scène. L’œuvre parle du cancer et propose différentes visions du sujet. La Grenouille et le Chaudron, qui a fait une tournée dans plusieurs théâtres et organismes depuis 2015, est également inscrite au parcours de Mme Papineau. Cette fois, l’œuvre laissait la place à la violence conjugale en guise de thématique.

« Je dirais que faire une pièce de théâtre sur un viol ou une agression sexuelle, je trouverais ça difficile. » – Catherine Papineau

« J’aime les pièces qui permettent une réflexion, qui offrent une profondeur, qui aident à comprendre ou qui sensibilisent », énonce la metteuse en scène quant à la nature de sa ligne directrice artistique.

Tout juste avant que la COVID-19 ne foudroie, en mars 2020, Catherine Papineau avait monté la pièce Les monologues du vagin, prête à être jouée au CTC. Les spectateurs devaient pouvoir savourer les écrits de l’autrice de ce succès planétaire, Eve Ensler. La dramaturge et féministe américaine s’était entretenue avec plus de 200 femmes avant d’écrire la pièce, qu’elle considère comme un recueil de témoignages. De monologue en monologue, chaque femme va ainsi, tour à tour, égrener une histoire intime qui est souvent drôle, parfois grave, voire atroce. Deux ans plus tard, la représentation n’a toujours pas eu lieu et cela n’ira pas avant mars 2023, aux dires de Mme Papineau.

Sujet sensible

Les sujets que met de l’avant Catherine Papineau à travers ses œuvres peuvent rendre inconfortable un certain public. Par exemple, les tabous entourant l’organe génital féminin existent encore. « Mon Dieu qu’il en reste, des tabous! », lance Catherine Papineau, qui n’a pas froid aux yeux. « Je dirais que faire une pièce de théâtre sur un viol ou une agression sexuelle, je trouverais ça difficile. Pas à cause des représailles possibles, mais bien parce que le sujet est lourd. Cela ne m’empêcherait pas de créer sur le sujet. »

Sujet à venir

Ne faisant pas de discrimination sexuelle, l’Alzheimer frappe tous les genres. C’est un sujet qu’envisage la Chamblyenne. « Mon père a fait un accident vasculaire cérébral (AVC) il y a six mois. J’aimerais faire une pièce de théâtre sur ce que vit une personne Alzheimer », boucle celle qui souhaite revoir ses œuvres prendre vie pour de bon sur les planches.

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires