Des salles silencieuses

Photo de Jean-Christophe Noël
Par Jean-Christophe Noël
Des salles silencieuses
La poussière s’est accumulée dans toutes les salles de spectacle du Québec, même au Pôle culturel. (Photo : archives)

Frappé de plein fouet par la COVID-19, le milieu artistique a du démontrer qu’il était créatif afin de ne pas sombrer, loin de son public.

Alors que certains artistes, tant en musique qu’en humour, se préparaient pour les festivals d’été, moment faste de leur année financière, le coronavirus a décidé autrement de leur sort. Les tournages télévisuels ou cinématographiques ont aussi essuyé le coup. Le 16 mars, Dominique Veillet, productrice, avec Charles Lafortune, producteur exécutif chez Pixcom, ont dû mettre fin à la production de la série La Faille 2 en cours de tournage en raison des risques liés à la COVID-19. « De jour en jour, on se demandait ce que l’on faisait là. On était souvent plus de 50 personnes sur le plateau. C’était difficile de respecter des distances », avait relaté la résidante de Carignan.

Le Café-Théâtre de Chambly a dû aussi suspendre ses productions jusqu’à nouvel ordre. Ceci a eu des conséquences sur les personnes impliquées, mais a également causé des pertes financières. Jean-Alexandre Côté, codirecteur artistique de l’organisme, avait parlé, entre autres, de pertes financières « importantes ».

De nombreux artistes dépendants de la scène demeurent sur le territoire couvert par le Journal de Chambly. Philippe Laprise, Stéphane Fallu, Érik Caouette, du duo 2Frères, François Lessard, de Bleu Jeans Bleu, pour ne nommer que ceux-là, ont tous dit au revoir temporairement à la scène ou mis de côté la promotion d’un nouvel album. Plusieurs d’entre eux se sont tournés vers le Web pour entretenir le lien avec ceux qui les chérissent. Directement touché, le Pôle culturel a annulé une multitude de spectacles qui devaient avoir lieu en son sein. Bien que certains soient reportés, les dates ne peuvent être que spéculatives pour le moment.

À la mi-juin, le gouvernement du Québec avait autorisé la réouverture des salles de spectacles en prodiguant plusieurs mesures. Le Pôle culturel avait décliné l’offre. « L’ouverture d’une salle de spectacles avec moins de 50 personnes n’est financièrement pas viable. Nous n’envisageons pas à court terme de présenter des spectacles dans de telles conditions. Du moins, pas avant l’automne », avait affirmé Guy Boulanger, directeur général de la SPEC du Haut-Richelieu, responsable de la programmation de la salle du Pôle.

Fête nationale

La fête nationale n’a pas eu la même saveur cette année. Des villes ont choisi d’annuler les activités, d’autres ont proposé une solution intéressante. En raison de la pandémie, le gouvernement avait interdit tous les festivals et les activités qui favorisent un rassemblement de plusieurs personnes jusqu’au 31 août. Les villes ont dû annuler toutes leurs festivités estivales, dont celles des 23 et 24 juin. Les municipalités avaient donc décidé d’offrir une nouvelle formule à leurs citoyens.

Bières et Saveurs

L’un des événements majeurs caractérisant Chambly est son festival Bières et Saveurs. En 2019, lors de sa 18e édition, le Bières et Saveurs avait attiré près de 59 000 personnes, qui s’étaient promenées à travers les kiosques de 69 microbrasseries, 24 restaurateurs et 17 cidreries, hydromelleries et vignobles québécois. Il va sans dire que la survie de l’événement en 2020 n’était pratiquement pas envisageable.

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires