Des produits québécois faits à la main pour répondre aux besoins des barbus

Des produits québécois faits à la main pour répondre aux besoins des barbus

Après avoir été un «gars de char» pendant des années, avec son entreprise de lettrages pour voiture, Tommy Martel Diotte a décidé il y a un an de se concentrer à temps plein sur sa ligne de produits corporels masculins, Gentilshommes. Un geste audacieux,

Alors que son entreprise de lettrages est à la croisée des chemins – il aurait fallu investir beaucoup d’argent pour passer à l’étape suivante- Tommy Martel Diotte décide de suivre un cours pour devenir conseiller technique en vente de voitures.

«Je me suis laissé pousser la barbe à ce moment-là. Comme j’ai la peau hypersensible, je cherchais un produit qui me convenait et je trouvais que ce qui était disponible était très cher et sentait très fort.»

Autodidacte, l’entrepreneur plonge alors dans les livres et étudie les huiles essentielles dans une école d’herboristerie de Montréal. Après de nombreux tests, des mélanges trop gras ou malodorants, il tombe sur une combinaison gagnante.

«J’en faisais pour mes amis, une dizaine de bouteilles par semaine, mais les huiles essentielles coûtent cher. Je me suis dit: pourquoi pas vendre un produit québécois de qualité qui plaît aux hommes? » dit Tommy Martel Diotte

Faits à la main

Un an après son lancement, Gentilsommes propose trois fragrances d’huile à barbe, un savon à raser, un shampooing, un baume à barbe et des accessoires de rasage. Chaque produit est fait à la main, bouteille par bouteille, dans une pièce du duplex de Tommy Martel Diotte, à Chambly.

«Nos produits sont vendus dans les salons de coiffure (60%) et en ligne (40%). On participe aussi à différents évènements, comme le Salon de l’homme où on a eu beaucoup de succès! Nos produits et un certificat-cadeau faisaient aussi partie des sacs-cadeaux remis aux hommes en nomination au gala Artis.»

Un appui important

Jeune entrepreneur, Tommy Martel-Diotte a eu l’appui du CLD de la Vallée-du-Richelieu pour démarrer ses deux entreprises. Une aide essentielle, selon lui.

«Ils m’ont aidé pour la comptabilité – à la cenne près!-, pour trouver un fournisseur et pour la recherche et le développement. J’ai aussi assisté à une formation sur la vente en ligne, qui est incontournable. Aujourd’hui, j’ai aussi un mentor.»

Ces appuis précieux, dont celui de Desjardins à travers le programme CréAvenir, seront utiles pour entreprendre le prochain virage de Gentilshommes, qui devra augmenter son volume de production pour suivre la demande.

Rens.: www.gentilshommes.ca

 

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires