Des problèmes financiers sont à l’origine de la fusillade à Marieville, selon le coroner

Photo de Martine Veillette
Par Martine Veillette
Des problèmes financiers sont à l’origine de la fusillade à Marieville, selon le coroner
(Photo : archives)

Les problèmes financiers dus à la perte d’une terre constituent le motif qui aurait poussé Daniel Massé à assassiner deux personnes à Marieville, en juillet 2015, avant de mettre fin à ses jours.
C’est ce qu’indique le coroner André-H. Dandavino dans son rapport déposé et rendu public plus de trois ans après le drame.
Il mentionne que M. Massé, 59 ans, résidait dans un véhicule motorisé situé dans la cour à ferraille du garage de Michel L’Italien, l’une des deux victimes. Il y demeurait depuis la vente de sa terre de Saint-Paul-d’Abbotsford, en août 2014. L’autre victime, Marcel Émond, résidait dans le garage. Les trois hommes se côtoyaient régulièrement. Selon le coroner, M. Massé blâmait en partie les deux hommes de 55 ans pour ses pertes financières concernant la vente de sa propriété.
En 2011, il avait accepté de vendre sa terre agricole familiale, mais s’était rétracté en considérant la valeur sentimentale de celle-ci. L’acheteur a donc entamé des procédures judiciaires. M. Massé a perdu en décembre 2013, mais ne voulait pas quitter sa propriété. Il a tenté à nouveau une défense en juin 2014 avec un avocat suggéré par la famille de M. L’Italien. Le litige s’est soldé par une entente hors cour dans laquelle M. Massé a perdu beaucoup d’argent. Le 8 juillet, en fin de journée, l’homme s’est rendu au garage armé d’une carabine tronçonnée et d’une baïonnette. Il a assené des coups de couteau à M. Émond. Son « décès est attribuable à un traumatisme abdominal par arme piquante et tranchante », peut-on lire dans son rapport.
L’individu s’est ensuite rendu dans le bureau de M. L’Italien, qui est « décédé d’un traumatisme thoraco-abdominal par arme à feu », est-il écrit dans le même rapport. Les deux hommes se sont battus. M. Massé a également blessé une autre personne à la main gauche et au cou, mais celle-ci a réussi à prendre la fuite. Cette personne n’a pas voulu commenter le rapport au Journal.
L’analyse balistique conclut qu’il y a eu au moins huit tirs. Plusieurs douilles et des parties de projectiles ont été retrouvées à l’extérieur et à l’intérieur du garage. Les policiers, une fois sur les lieux, ont demandé l’aide du Groupe tactique d’intervention ne sachant pas si le tireur était toujours sur place.
M. Massé avait quitté Marieville après son passage au garage. Il s’est rendu chez des connaissances à Roxton Pond. Le discours de l’homme, qui semblait en état d’ébriété, était incohérent. Il a quitté la résidence plus tard en soirée. Son corps a été retrouvé le lendemain, soit le 9 juillet, dans sa voiture laissée dans une entrée privée. Une carabine correspondant au calibre des projectiles identifiés au garage se trouvait dans le véhicule.
Le coroner indique que M. Massé consommait de « bonnes quantités d’alcool » et avait « des problèmes de consommation de drogues illicites. » Lors de son autopsie, son alcoolémie était à 109 mg/dl.
Une résidante du secteur a mentionné au Journal qu’elle songeait à vendre sa maison afin d’oublier tout ce qui s’est déroulé à proximité de sa propriété.

Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S’abonner  
Notifier de