Des plateformes pour maintenir les apprentissages

Par Martine Veillette
Des plateformes pour maintenir les apprentissages
(Photo : archives)

Les écoles sont fermées, au moins jusqu’au 1er mai, selon un scénario optimiste avancé par le premier ministre François Legault. L’apprentissage devra se faire à la maison, sans pression sur les parents.

La Commission scolaire des Hautes-Rivières (CSDHR) prépare une structure afin de mettre en place certains éléments pour aider les élèves à poursuivre leurs apprentissages. Ils seront accessibles via les différents sites des écoles, puisque c’est le lieu d’appartenance des élèves. « Entre deux semaines et six semaines, ce n’est pas la même chose du côté pédagogique », mentionne Dominique Lachapelle, directrice générale, pour expliquer la mise en place de ce service.

Le but de cette plateforme est de diminuer l’impact négatif de la situation. « On pense à ceux qui ont de la difficulté et aux élèves qui ne sont pas si accrochés à l’école. C’est sûr qu’il va y avoir un impact. On veut le diminuer le plus possible. Peut-être qu’il y aura aussi des impacts positifs. On pourrait avoir des surprises. On n’a jamais travaillé de cette façon. Certains pourraient être plus concentrés à la maison », soutient la directrice générale. Elle ajoute qu’il est important de « raccrocher tous les élèves. On ne les lâchera pas. »

Mme Lachapelle fait le parallèle avec la crise du verglas vécu en 1998, les élèves avaient manqué un mois d’école. « Les enfants avaient repris et ça avait bien été. Aujourd’hui, c’est plus long. Il faut garder le lien avec les enseignants », avance-t-elle. La directrice souligne que beaucoup de membres de son personnel sont volontaires pour aider.

« Entre deux semaines et six semaines, ce n’est pas la même chose du côté pédagogique. » – Dominique Lachapelle

La Commission scolaire des Patriotes (CSP) enverra hebdomadairement une liste d’activités suggérées pour les élèves au cours de la semaine du 6 avril. Elle a aussi mis en place la plateforme La Vitrine, qui propose « des outils, idées et astuces afin d’accompagner les familles dans le cheminement scolaire de leur enfant durant la période de fermeture des établissements scolaires ». La plateforme sera bonifiée et mise à jour régulièrement. Elle se veut un complément à ce que le ministère de l’Éducation a mis en place le 30 mars.

Année scolaire

Les Commissions scolaires ne croient pas que l’année sera annulée, puisque plus de la moitié est complétée. « Le passage des élèves au niveau suivant sera basé sur le jugement professionnel de l’enseignant de l’élève en fonction des apprentissages réalisés », inscrit la CSP. « On souhaite que les élèves continuent à apprendre », souligne Mme Lachapelle.

Lors du point de presse, le ministre de l’Éducation, Jean-François Roberge, a précisé que les examens du ministère ne seront pas tenus cette année.

Finalement, il est impossible pour tous d’accéder aux écoles afin de récupérer leurs effets personnels. Mais les CS réfléchissent à la procédure qui sera mise en place quand ce sera possible.

Service de garde

Quatorze écoles proposent un service de garde pour les travailleurs d’un service essentiel à la CSP. À Chambly, il se trouve à l’école De Bourgogne.

Huit écoles l’offrent à la CSDHR. Parmi elles, il y a l’école de Ramezay, édifice Fatima, à Marieville, et l’école Saint-Vincent, à Saint-Césaire.

Les inscriptions ont diminué, mais la directrice générale de la CSDHR ne croit pas que le service cessera. Le ratio est rendu à environ 1 adulte pour 4 enfants. Les mesures de salubrité sont très présentes.

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires