Des pistes de solutions

Photo de Jean-Christophe Noël
Par Jean-Christophe Noël
Des pistes de solutions
Le terrain commercial (en rouge) qui est adjacent à 3 terrains résidentiels (en vert). Des boîtes postales (en jaune) desservant environ 250 résidences se trouvent au coin supérieur droit du terrain. (Photo : courtoisie)

Bien que le projet de l’implantation du McDonald’s soit peu avancé, les membres d’Action Rond-Point ALS (ARPALS) proposent en amont des solutions aux inquiétudes soulevées.

Concernant la sécurité routière, « ajouter un dos d’âne sur Anne-Le-Seigneur pour éviter que les clients du McDonald’s ne soient tentés de se diriger vers Briand pour sortir du quartier; rétrécir le boulevard Anne-Le-Seigneur avant le CPE avec des panneaux mentionnant que c’est un quartier résidentiel, pour réduire les risques d’accidents; changer la configuration des entrées/sorties du McDonald’s ».

Pour la sécurité piétonnière, l’ARPALS suggère « de déplacer le trottoir à l’arrière du bâtiment, de manière à relier Louise-de-Ramezay à Anne-Le-Seigneur ». Selon elle, le déplacement du trottoir aura les avantages suivants : sécuriser l’accès piétonnier à la rue et aux boîtes postales et éloigner les ordures des maisons voisines.

Améliorer les accès à la ville de Chambly

L’ARPALS « croit que le projet nécessite une étude indépendante concernant ses effets sur la circulation, afin de déterminer la solution la plus sécuritaire en termes d’accès. Cette étude viserait à favoriser la sécurité des usagers du CPE, des résidants du quartier ainsi que des clients du projet. Une discussion entre la Ville et les promoteurs devrait être organisée afin d’envisager un plan à court et long termes ».

Pollution auditive

Quant à la pollution auditive, déplacer les haut-parleurs, réduire le nombre de ceux-ci et ajouter un mur antibruit sont les suggestions proposées. « Une des idées suggérées est de déplacer le système de prise de commande (les haut-parleurs) du côté d’une rue plutôt que du côté des maisons unifamiliales. Nous croyons qu’une étude pourrait être faite à ce sujet. »

Conséquences olfactives

Dans le but de réduire les désagréments olfactifs, « déplacer les ordures près du bâtiment et les cloisonner avec des murs sur trois côtés; conserver l’utilisation des Molok telle que présentée dans le plan du projet, tout en s’assurant qu’ils arborent un revêtement qui se fond dans l’architecture du quartier; choisir une ventilation efficace et adaptée pour les odeurs produites et s’assurer que la ventilation n’est pas dirigée vers le quartier résidentiel » sont les points que demandent l’ARPALS.

Pour obtenir de l’information sur le projet, l’ARPALS invite les gens à se joindre à la page Facebook Les Amis du Bourg de Chambly.

À lire aussi : https://www.journaldechambly.com/un-restaurant-qui-mobilise-un-quartier/

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
1 Commentaire
plus ancien
plus récent plus voté
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires
trackback
Un restaurant qui mobilise un quartier - Le journal de Chambly
8 jours