Des nouvelles de la FADOQ du bassin de Chambly

Photo de Chloé-Anne Touma | Initiative de journalisme local
Par Chloé-Anne Touma | Initiative de journalisme local
Des nouvelles de la FADOQ du bassin de Chambly
Marielle Duquette (à gauche) reprend le flambeau d’Adam Royal (au centre). (Photo : archives)

La nouvelle présidente de la FADOQ, Marielle Duquette, donne des nouvelles de ses membres et fait mention des activités qui pourraient éventuellement être offertes au club.

Adam Royal ayant démissionné pour des raisons de santé, Mme Duquette assumait ses fonctions par intérim depuis le mois de novembre. « J’ai officiellement pris la relève en tant que présidente en avril, et je vais essayer de poursuivre l’œuvre », a-t-elle déclaré.

Elle reconnaît que la FADOQ s’est faite discrète. « Il y a quelque temps, on envoyait à nos membres des communications pour leur signifier qu’il y avait des périodes de vaccination, mais étant donné que la majorité d’entre eux ont été vaccinés, nous ne le faisons plus. »

« (…) il y a la possibilité d’organiser des activités physiques pour rester actif (…) mais nous allons attendre que la salle se libère (…) » – Marielle Duquette

Une chose à la fois

S’il est difficile pour Mme Duquette d’annoncer de prochains événements, c’est que la FADOQ a du mal à se projeter dans le temps et dans un lieu, faute de local, et faute de garantie quant à ce qui sera permis dans les semaines à venir. « Pour l’instant, on n’a pas vraiment d’activités, car la salle est réservée par le centre de vaccination contre la COVID qui y est aménagé, et, de toute façon, on ne pourrait pas y faire grand-chose dans le respect des normes sanitaires. Les cours de danse et le bingo sont très attendus, mais pas encore envisageables vu la situation. Faire du bingo en jouant pour les montants d’argent habituels nécessite l’accueil de plus de participants que la salle ne le permet avec la distanciation. Pour ce qui est de danser à deux mètres de distance avec les masques, ce n’est pas évident non plus. On l’a fait en septembre et en octobre, et ce n’est pas facile. »

Selon Mme Duquette, des activités physiques pour rester actif seraient toutefois envisageables. « Ça se fait, mais nous allons attendre que la salle se libère, puis on va y aller graduellement. Nous suivons les directives régionales et restons à l’affût de ce qui est permis. »

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires