Pierre-Olivier Joseph passe des Islanders aux Voltigeurs

Photo de Martine Veillette
Par Martine Veillette
Pierre-Olivier Joseph passe des Islanders aux Voltigeurs
(Photo : courtoisie - Ghyslain Bergeron)

Après trois saisons dans l’uniforme des Islanders de Charlottetown, Pierre-Olivier Joseph terminera possiblement sa carrière dans la Ligue de hockey junior majeur du Québec (LHJMQ) en portant celui des Voltigeurs de Drummondville.
Le défenseur de Chambly a été échangé tout juste après Noël. Ce n’était pas une surprise pour lui puisqu’il avait eu une discussion avec l’entraîneur-chef et le directeur général de l’équipe. « Ça m’a quand même laissé un goût amer. Après trois ans et demi à la même place, c’est difficile de dire au revoir », soutient le hockeyeur.
Il indique toutefois, au terme de la discussion qu’il a eue avec les dirigeants de l’équipe, que c’était le mieux pour la suite de sa carrière. « Je suis content de poursuivre ma carrière à Drummondville. » Les Voltigeurs sont classés au deuxième rang général, tandis que l’équipe de Charlottetown est au sixième rang.
Maintenant, ce que l’athlète de 19 ans vise, c’est gagner la Coupe Memorial avec sa nouvelle équipe. « Je suis venu ici pour aider l’équipe à se rendre le plus loin en séries, mentionne-t-il. Le but est de gagner la Coupe. Je pense que c’est une des raisons pour lesquelles ils sont venus me chercher. » Cette saison, il a cumulé vingt-six points, dont sept buts avec les Islanders.
Son objectif est de terminer sa carrière dans la LHJMQ avec une Coupe. « J’ai vu mon frère la gagner. J’ai envie de le vivre avant de quitter le junior. » Son aîné de deux ans, Mathieu Joseph, évolue pour la première année avec le Lightning de Tampa Bay. Il avait gagné en 2017 la Coupe Memorial avec les Sea Dogs de Saint-Jean.
Si tout va bien, Pierre-Olivier Joseph, qui aura 20 ans en juillet, pourrait joindre les rangs de la Ligue américaine pour la saison 2019-2020. Il a été repêché en 2017 par les Coyotes de l’Arizona comme choix de première ronde. « Dans le meilleur des cas, c’est ma dernière saison. Mais j’ai l’âge pour en jouer encore une », indique-t-il.

S’adapter

Au moment de l’entrevue, Pierre-Olivier avait participé à quelques entraînements et à trois parties avec sa nouvelle équipe. « Ça va bien, mais entrer dans une équipe qui va aussi bien et entrer dans son système de jeu, ça ne se fait pas en trois parties », souligne le jeune homme.
Il mentionne être encore en train de se familiariser avec les horaires, ses nouveaux coéquipiers et entraîneurs, ainsi que la ville et la famille qui l’accueille. Le Chamblyen s’est aussi rapproché de sa ville natale. « Entre une heure et douze heures de route, je crois que mes parents sont contents que je sois plus proche! », affirme-t-il.
D’un autre côté, Pierre-Olivier Joseph estime que son expérience lui permettra d’aider les plus jeunes de l’équipe. « Avec mon bagage en séries, je crois que je peux aider ceux qui ont moins d’expérience. Je veux être comme un grand frère pour eux », soutient-il.

Le chiffre 7

Dans sa nouvelle formation, le hockeyeur a obtenu le numéro 17. « J’ai eu la chance de pouvoir décider, raconte-t-il. Dans la famille, on a souvent eu des 7 dans notre numéro, alors j’ai sauté sur l’occasion. C’est le fun, ça fait une pensée pour ma famille. »Son frère porte le numéro 7 avec le Lightning. Avec les Islanders, Pierre-Olivier Joseph portait le chandail numéro 15.

Retranché d’Équipe Canada

Peu avant les Fêtes, le jeune homme a également subi le retranchement d’Équipe Canada au Championnat mondial junior. Il a été remercié à la dernière journée des coupures. « De me rendre aussi loin et de ne pas faire l’équipe, ça a été difficile à prendre, indique-t-il. J’aurais aimé jouer pour le Canada dans ce prestigieux tournoi. »
Il s’est toutefois résigné à cette décision qui n’était pas la sienne. « Ça m’a donné la chance de passer du temps avec ma famille et mes amis. Il y a toujours du positif », s’exclame-t-il.
Pierre-Olivier Joseph avait été invité pour la première fois à participer au tournoi.. Comme ce sont des joueurs de 18 et 19 ans qui forment l’équipe, c’était sa seule chance. Son grand frère y avait joué, il y a deux ans. « Je voulais faire comme lui et participer au tournoi, souffle-t-il. Il y aura sûrement d’autres choses qui arriveront pour moi. »
 

Un hockeyeur ciblé par des insultes et des menaces

Son coéquipier avec les Voltigeurs, Maxime Comtois, a été la cible d’insultes et de menaces sur son compte Instagram. Capitaine d’Équipe Canada au Championnat mondial junior, le hockeyeur de 19 ans a raté un tir de pénalité en prolongation. L’équipe a perdu la partie du quart de finale, mettant ainsi fin à son parcours.
Pierre-Olivier Joseph a défendu son coéquipier. « Je trouve ça totalement disgracieux de la part des Canadiens qui lui envoient des messages haineux, affirme-t-il. Les personnes qui lui envoient ces messages sont juste cachées derrière leur ordinateur. Il est un excellent joueur de hockey. S’il est rendu là, c’est parce qu’il a travaillé toute sa vie. Tous les efforts et sacrifices qu’il a mis sont inimaginables.»
Plusieurs personnes ont soutenu le jeune hockeyeur dans cet événement malheureux, dont l’équipe de Drummondville, la ministre déléguée à l’Éducation, au Loisir et au Sport, Isabelle Charest, ainsi que le chef du Parti québécois par intérim, Pascal Bérubé.
L’agence Roy Sports Group, qui représente le joueur, a émis un communiqué dénonçant ces commentaires. « Il est honteux et incompréhensible que quelques lâches qui peuvent se cacher derrière les médias sociaux puissent lancer des attaques aussi vicieuses sur le caractère de ces jeunes hommes qui se sont battus fièrement pour leur pays », peut-on lire. Il ajoute que « Maxime veut que nous profitions de cela comme un moment d’apprentissage pour tous les jeunes Canadiens. »

Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S’abonner  
Notifier de