La Corne d’abondance invite les hommes à la cuisine

Photo de Jean-Christophe Noël
Par Jean-Christophe Noël
La Corne d’abondance invite les hommes à la cuisine
(Photo : courtoisie)

La Corne d’abondance offre, parmi sa panoplie d’ateliers culinaires, un volet à la demande croissante spécifiquement dédié à la gent masculine.
L’organisme communautaire, dont la mission est de mettre en œuvre des activités d’entraide et d’éducation par le biais de cuisines collectives et d’autres ateliers alimentaires, accueille en son antre de multiples portraits masculins au besoin commun, soit celui d’apprendre à cuisiner.

Des initiés aux différents profils

« Nous retrouvons autant des hommes seuls que des papas qui ont leurs enfants en garde partagée désireux de prendre en main leur alimentation. Il y a également des veufs ou des maris devenus proches aidants de leurs épouses qui n’ont pratiquement pas mis les pieds dans une cuisine de leur vie et qui doivent maintenant y remédier », explique Katheline Dugas, directrice générale de La Corne d’abondance depuis près d’une dizaine d’années.

Une estime personnelle rehaussée

« J’ai vu des hommes qui partaient de loin et qui n’avaient tranché d’aliments que très rarement développer leur confiance, faire l’acquisition d’habiletés, s’épanouir sur le plan social, devenir débrouillards, vivre des réussites insoupçonnées dans lesquelles ils se valorisent », détaille Catherine Désourdy, animatrice de cuisines collectives.
Par l’entremise de la cuisine, ce lieu misant sur le respect, la dignité de la personne, la solidarité et l’entraide en guise de valeurs a des objectifs précis dans sa mire. « Nous souhaitons favoriser l’acquisition et l’échange de connaissances sur l’alimentation tout en développant des compétences culinaires. À travers cela, nous brisons l’isolement et les participants développent un réseau d’entraide », spécifie Mme Dugas.

L’homme moderne de 2019 en cuisine

Sur le plan des générations, nous n’avons pas à retourner si loin en arrière afin de constater que l’homme ne s’est pas toujours senti à sa place dans la cuisine ou n’a pas nécessairement déployé les efforts dans le but de s’y intégrer. « L’homme s’approprie cet espace de plus en plus. C’est un endroit qu’il connaît; il n’y est plus étranger. Ça fait partie de la vie des hommes », indique la directrice générale du Centre, qui célébrera ses vingt ans d’existence en 2021. « Bien que nous voyions plus de femmes dans nos différents services proposés, les hommes, autant les plus âgés que les plus jeunes, démontrent de l’intérêt. Ils sont impliqués et dégagent de l’assurance dans la cuisine. Ceux-ci sont allumés quant à la nutrition. Ils ont gagné du terrain, ce n’est plus seulement le domaine de la femme », de renchérir Mme Désourdy, témoin de ces comportements masculins.

Aller plus loin que de s’alimenter

« Ce qui se passe ici, c’est bien plus que de la cuisine. Cela permet de sortir de la maison, de tisser des liens, de valoriser l’autonomie et la prise en charge, d’expérimenter et de cuisiner à moindre coût », conclut fièrement Katheline Dugas en rappelant les bienfaits de son milieu.

Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S’abonner  
Notifier de