Des grèves à prévoir en septembre

Par Martine Veillette
Des grèves à prévoir en septembre
Des journées de grève sont prévues dans des services de garde en milieu familial. (Photo : archives)

Les membres de la Fédération des intervenantes en petite enfance du Québec (FIPEQ-CSQ), qui sont présentement en négociation avec le gouvernement pour établir leur entente collective, ont voté en faveur de grève en septembre.

L’offre finale et globale du ministère de la Famille a été rejetée à 82 %. Les membres ont aussi voté à 62% en faveur d’une grève générale illimitée à partir du 21 septembre et à 72% pour la mobilisation qui prévoit une grève rotative entre le 1er et le 18 septembre. Dans la région, les services de garde en milieu familial de l’ADIM Montérégie seront en grève le 18 septembre. Les membres avaient le choix entre septembre et fin juin.

Les responsables de services éducatif avaient prévu cette grève générale illimitée le 1er avril. En raison de la pandémie, elles avaient suspendu leurs moyens de pression. La dernière entente collective a pris fin le 31 mars 2019.

Un choix déchirant

La présidente de la FIPEQ-CSQ, Valérie Grenon, mentionne par voie de communiqué « saluer la décision prise par ses membres en milieu familial ». Les syndicats locaux affiliés à la Fédération recommandaient de refuser les offres du ministère et d’attendre le 21 septembre pour déclencher leur mandat de grève générale illimitée.

21 septembre

Les responsables en service de garde en milieu familial déclencheront une grève générale illimitée le 21 septembre.

« Au cours des derniers mois, le ministre de la Famille, Mathieu Lacombe, a mis de l’huile sur le feu des négociations avec les milieux familiaux. On ne se cachera pas qu’il a largement contribué à la forte mobilisation de nos membres pour une grève, malgré la situation d’urgence sanitaire. Nos membres étaient très partagées sur la question du meilleur moment pour déclencher la grève en raison du contexte d’urgence sanitaire. Nous profiterons de l’été pour bien informer les parents sur nos revendications et nos moyens de pression », explique Mme Grenon.

La partie syndicale souhaite s’entendre avec le gouvernement avant

Demandes

Les responsables en services éducatifs souhaitent obtenir de meilleures conditions. La FIPEQ-CSQ évalue que ses membres gagnent 12,42$ de l’heure. Elle demande à obtenir 16,75$ de l’heure. Le gouvernement leur a proposé un salaire équivalent à 12,83$ de l’heure. Le syndicat demande aussi la création d’un comité d’évaluation de l’emploi pour établir la juste rémunération.

De plus, la FIPEQ-CSQ soutient que « 1800 postes étaient à combler avant la crise de la COVID-19. En raison des départs massifs des dernières semaines, ce chiffre pourrait gonfler à 3000 en septembre ».

Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S’abonner  
Notifier de