Des femmes comme arbitres

Photo de Chloé-Anne Touma | Initiative de journalisme local
Par Chloé-Anne Touma | Initiative de journalisme local
Des femmes comme arbitres
Katie Guay est la première femme à avoir arbitré un match à la LAH. (Photo : réseaux sociaux)

Dorénavant, les arbitres féminines peuvent espérer porter fièrement leur uniforme rayé dans le cadre de matchs de niveau professionnel au hockey.

Dans les dernières semaines, le journal faisait état de l’accroissement de popularité que connaît le hockey féminin. Aujourd’hui, c’est la reconnaissance du travail des arbitres qui retient l’attention du milieu, notamment depuis l’intégration de dix femmes aux équipes d’arbitrage de la Ligue américaine (LAH).

Selon Alexandre Beaudoin, entraîneur de niveau M15 bantam 3A et gouverneur des équipes féminines des Remparts du Richelieu, dans le monde du hockey mineur, la représentation féminine au sein des ligues professionnelles et universitaires est source d’encouragement et de motivation pour les jeunes filles. Questionné à savoir si plus de filles rejoignaient les rangs des arbitres, l’entraîneur explique qu’« On en a à Saint-Bruno, mais sinon, ça reste un fléau, malheureusement. Il y en a, mais je serais menteur de dire que c’est la nouvelle vague. »

« Cela prend du temps, de s’imposer avec crédibilité dans une nouvelle ligue (…) » Katie Guay

Daphnée Lemay, qui arbitre au niveau mineur, notamment lors de rencontres à l’aréna Michael-Bilodeau, témoignait en mars dernier quant au fait d’être « la seule fille arbitre à Saint-Bruno ». « J’adore arbitrer (…) C’est une nouvelle passion pour moi, qui me permet d’être encore plus souvent sur la glace, mais aussi de comprendre le jeu selon une nouvelle perspective. » Elle ajoutait que « Parfois, on ne s’en rend pas compte, mais pas d’arbitres, pas de game! On a donc un rôle très important. Ce n’est pas toujours possible de plaire à tout le monde, c’est un travail de décisions. On est cependant très bien soutenus par l’organisation. »

Rappelons qu’il faut franchir plusieurs étapes pour s’accomplir en tant qu’arbitre au niveau où Daphnée évolue. « Il faut faire une formation et réussir l’examen. À chaque début de saison, je retourne en formation. » Les arbitres sont ensuite supervisés régulièrement afin de constater les erreurs et de s’améliorer. « Nous sommes bien encadrés et supervisés par l’organisation de Saint-Bruno », poursuit celle qui a débuté en tant que juge de ligne auprès des plus jeunes.

Dans la Ligue américaine

Le 17 octobre dernier, Katie Guay a marqué l’histoire en devenant la première femme à arbitrer un match de hockey professionnel, à l’occasion de la rencontre entre les Phantoms de Lehigh Valley et les Penguins de Wilkes-Barre/Scranton, dans la Ligue américaine (LAH).

Elle aura pavé la voie à plusieurs consœurs, dont une dizaine d’arbitres et de juges de ligne qui travailleront dans la LAH cette saison. La Québécoise Élizabeth Mantha, qui en fait partie, sera en poste pour la première fois le 29 octobre à la Place Bell, à l’occasion du match du Rocket de Laval et des Americans de Rochester.

Katie Guay a supervisé bon nombre de rencontres majeures du hockey féminin, aux Jeux olympiques de 2018 et au Frozen Four de la NCAA. Chez les hommes, l’officielle américaine de 39 ans a arbitré au tournoi des espoirs de la Ligue nationale et dans la première division de la NCAA. « Mon but ultime a toujours été de me rendre aux Olympiques, alors je pensais avoir déjà atteint le summum de mes possibilités d’arbitrage, mais cette nouvelle opportunité m’a ouvert la porte vers une nouvelle aventure », a offert Mme Guay avant le match. « C’est une montée d’adrénaline que d’être sur la glace en tant qu’officiel, tout comme ça l’est pour un joueur. Cela prend du temps de s’imposer avec crédibilité dans une nouvelle ligue et d’avoir le respect des joueurs et des entraîneurs, au fur et à mesure que l’on enchaîne les expériences. »

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires