Des épiceries dépouillées

Photo de Jean-Christophe Noël
Par Jean-Christophe Noël
Des épiceries dépouillées
Les files d’attente n’ont jamais été aussi longues, au rythme où les allées n’ont jamais été aussi vides. (Photo : courtoisie)

Les marchands épiciers subissent les contrecoups du COVID-19 et voient les clients se ruer à leurs portes afin de faire le plein de provisions.

« Il y avait environ cinquante voitures dans le stationnement à mon arrivée ce matin (13 mars), déclare Carl Beaucaire, directeur du Marché Lambert et frères inc. à Chambly. Nous étions pleins hier également », ajoute l’homme dont les ventes ont triplé par rapport à la normale.

Au Metro Plus Collin Chambly, Jessica Collin, directrice marketing et ressources humaines, met en veille son congé de maternité dans le but de mettre la main à la pâte en cette période où le besoin de main-d’œuvre se fait pressant.

« Mon frère (Mikael Collin, directeur du magasin) m’a téléphoné d’urgence ce matin. Avec un tel achalandage, on tente de faire entrer du staff pour être en mesure d’offrir le plus de service possible », dit Mme Collin.

Approvisionnement

Pour pallier le problème des rayons dévalisés, « le gérant d’épicerie est entré de soir pour que l’on s’assure d’avoir du matériel pour notre clientèle », rassure le directrice marketing.

Quant au IGA, le directeur confirme que « l’approvisionnement se fera convenablement et que les gens n’ont pas à craindre pour faire leur épicerie ».

« Après une heure d’ouverture, j’avais 150 pieds de file d’attente. » – Carl Beaucaire

Une attente démesurée

Tant de clients réunis sous un même toit créent nécessairement un embouteillage.

« Vendredi matin, après une heure d’ouverture, j’avais 150 pieds de file d’attente soit l’équivalent d’une heure d’attente », avance M. Beaucaire.

Mme Collin, de son côté, parle de « jamais-vu » et compare la situation à la période de Noël.

Du gaspillage alimentaire

À travers ces files d’attente, des clients perdent patience et quittent, laissant leur panier empli de denrées périssables à l’abandon. Ce geste peu scrupuleux a pour effet de causer des pertes pour les épiciers et contribue au gaspillage alimentaire.

Sur le Web

Sur Internet, de nombreuses photos et vidéos d’allées vides et de files d’attente sans queue ni tête défilent par centaines.

Le Purell serait l’article le plus difficile à se procurer.

 

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires