Des enjeux d’intérêts

Des enjeux d’intérêts

L'éducation, la santé et la mobilité demeurent les plus importants aux yeux des candidats.

Crédit photo : courtoisie

L’éducation, la santé, la mobilité, les familles, les ainés, la petite enfance, l’agriculture sont, entre autres, parmi les enjeux relevés par les candidats dans le comté d’Iberville.

Pour la députée sortante de la Coalition avenir Québec, « outre les grandes orientations au niveau national », Claire Samson juge important le parachèvement de la 35 et l’amélioration de la sécurité des routes surtout la 112 « qui est surement la plus dangereuse du comté ». La représentante caquiste souhaite aussi créer un fonds d’investissement de 50 millions pour aider les agriculteurs; bonifier le soutien aux familles et assurer davantage de services pour les enfants. En matière de santé, elle plaide pour le maintien à domicile des ainés et pour améliorer leur qualité de vie en CHSLD. Claire Samson entend appuyer et soutenir davantage les groupes communautaires, et promet de travailler pour fournir l’accès internet haute vitesse partout dans le comté.

Son adversaire du Parti québécois, Nicolas Dionne rappelle que sur le plan de l’éducation, les ressources doivent être au rendez-vous autant pour les enseignants que pour le réseau d’infrastructures scolaires qui a besoin être rénové. Le PQ veut offrir des repas sains au coût de1$ à 5$, des places dans les CPE à 8,05$ pour le premier enfant, 4$ pour le second, et gratuit pour les suivants. M. Dionne a tenu à réitérer l’importance des CPE pour les enfants de 4 ans. En santé, il entend s’assurer que les CLSC de la circonscription offrent les services d’une infirmière spécialisée, 7 j/7, de 9h à 21h. Aussi, assurer des soins à domicile avec des organismes locaux et apporter un appui aux proches aidants.

Philippe Jetten-Vigeant, de Québec solidaire, suggère qu’en matière de santé, il faut offrir la gratuité pour les traitements dentaires, ouvrir les CLSC 24/7 afin, entre autres, de désengorger les urgences. Les solidaires proposent également de réduire le coût des médicaments en créant un régime d’assurance-médicaments (Pharma-Québec). Un gouvernement solidaire, promet le candidat, augmenterait les ressources pour les élèves en difficulté, et soutiendrait les enseignants afin de lutter contre le décrochage. Et QS s’engage également à offrir la gratuité scolaire du CPE au doctorat, et à garantir des avantages pour alléger la charge de travail des parents, notamment attribuer une paye à cinq des dix journées de congé pour responsabilités familiales, et assurer 1 mois de vacances après un an de travail.

Pour le candidat du Parti conservateur du Québec, Serge Benoit, « en santé, il faut offrir des salaires décents et assurer une performance dans l’accessibilité des services ». En éducation, « avec le concours des commissions scolaires, les enseignants pourront compter sur ma présence pour améliorer la performance académique de nos élèves ». Serge Benoit estime que « le transport urbain et interurbain doit être revu d’une façon plus pratique, car le problème est de désengorger les entrées de Montréal et non créer une boite de Pandore ». Il entend défendre les intérêts de l’agriculture et revoir la présence de la Sûreté de Québec « qui ne peut pas couvrir une catastrophe dans une MRC la nuit avec seulement deux voitures ».

Au moment de mettre sous presse, la candidate du Parti libéral, Mylène Gaudreau, n’a pas acheminé au journal les enjeux qui la préoccupent.