Des emplois d’été axés sur la rivière Richelieu

Des emplois d’été axés sur la rivière Richelieu
Les députés Louis Plamondon, Stéphane Bergeron, Yves-François Blanchet, Xavier Barsalou-Duval, Hubert Chamberland, président du COVABAR, Christine Normandin, députée, et Marcel Comiré, directeur général du COVABAR. (Photo : courtoisie)

Le financement pour quatre emplois d’été a été accordé au Comité de concertation et de valorisation du Bassin de la rivière Richelieu (COVABAR) par le programme Emplois d’été Canada.

Ces employés auront notamment pour tâche la sensibilisation des plaisanciers et des pêcheurs sur la réglementation à respecter afin d’assurer le succès reproductif des espèces de poisson en péril dans la rivière Richelieu. Des projets de sensibilisation des producteurs agricoles, de caractérisation en milieu naturel, ainsi que de stabilisation de berges par des techniques de génie végétal et de plantation en bande riveraine seront aussi menés.

« Ces ressources supplémentaires seront très utiles à l’équipe du COVABAR. Il s’agit définitivement d’un coup de pouce bien apprécié. Inutile de vous dire qu’ils ne manqueront certainement pas de
travail », affirme Hubert Chamberland, président du COVABAR.

L’annonce a été faite par des députés fédéraux du Bloc québécois. « Malgré des ratés causés par une certaine improvisation au gouvernement, le programme offrant des emplois étudiants en été aura permis de soutenir des initiatives en faveur de la rivière Richelieu. Cet effort s’ajoute aux activités d’un groupe de travail régional piloté par Xavier Barsalou-Duval qui aborde les enjeux à court et long termes du Richelieu pour le protéger et le mettre en valeur », a déclaré Yves-François Blanchet, député de Beloeil-Chambly et chef du Bloc québécois.

« Ces ressources supplémentaires seront très utiles à l’équipe du COVABAR. » – Hubert Chamberland

« Le Bloc québécois est un allié de tous ceux qui veulent protéger ce joyau naturel qu’est le Richelieu. L’atténuation des conséquences des activités humaines et la préservation de l’écosystème du Richelieu sont au centre de mon action depuis mon premier mandat. J’ai toujours été au front pour le Richelieu et j’entends continuer de l’être », ajoute Xavier Barsalou-Duval, député de Pierre-Boucher—Les-Patriotes—Verchères et responsable du dossier de la rivière Richelieu,.

Le parti tient à rappeler que le bureau du député Barsalou-Duval a déposé, en 2019, en collaboration avec l’Association des riverains et amis du Richelieu et au nom des municipalités visées, une demande de restriction de vitesse au Bureau de la sécurité nautique. Cette restriction s’appliquerait sur les sections de la rivière couvrant le territoire de Saint-Marc,
Saint-Charles, Saint-Antoine et Saint-Denis-sur-Richelieu.

Actuellement, l’analyse de la demande a été effectuée et ses conclusions transmises à Transport Canada. Une publication à cet effet pourrait avoir lieu dans la Gazette du Canada à l’automne 2020 ou au printemps 2021. (MV)

Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S’abonner  
Notifier de