Des dons précieux par la vente de cartes de Noël

Par Martine Veillette
Des dons précieux par la vente de cartes de Noël
Depuis quelques années, Benjamin Talbot vend ses dessins et remet une partie du montant à des fondations. (Photo : courtoisie)

Grâce à ses dessins reproduits sur des cartes de Noël, Benjamin Talbot, un jeune autiste de 17 ans de Carignan, remettra 1000 $ à la Fondation des Petits trésors et le même montant à la Fondation de l’autisme.

Le jeune homme a commencé cette initiative il y a trois ans. La première année, en 2017, il a vendu environ 300 cartes et l’année suivante, plus de 2000 ainsi que des affiches et des calendriers. En 2019, il en a vendu plus de 3800. Dans une vidéo, il remercie les gens d’avoir cru en lui. « Pour un jeune autiste de 17 ans, c’est vraiment beaucoup », dit-il.

Sa mère, Maude Roy, soutient que cette vague de solidarité pour l’achat de ses cartes le « touche énormément et l’encourage à continuer à faire du dessin ». Elle ajoute qu’il est très reconnaissant de l’appui obtenu.

« Ces personnes aident Benjamin à avoir de l’estime et confiance en lui », soutient-elle. Mme Roy ajoute que son fils « aura réussi à démontrer à plusieurs jeunes que tout le monde a le droit de rêver. Il faut juste y croire. On lui souhaite que cela continue tant et aussi longtemps qu’il le souhaite ».

Son fils dessine depuis toujours. Un des éléments déclencheurs pour la vente de ces cartes était le commentaire négatif et répétitif d’un employé de son école qui avait dit à Benjamin « de ne pas mettre d’espoir dans l’idée de vivre de ses dessins ». Depuis, le jeune homme possède sa page Facebook Benjamin Talbot, Artiste numérique. Il y présente de nombreux dessins.

Le jeune homme a également déjà réalisé des dessins pour illustrer les slams de ses camarades de classe. Ses affiches ont été vendues pour le mois de l’autisme, en avril, à la Fondation des Petits trésors. Un autre pourrait l’être pour celui de 2020.

« Benjamin aura réussi à démontrer à plusieurs jeunes que tout le monde a le droit de rêver. Il faut juste y croire. » – Maude Roy

Des dons bénéfiques

Sylvie Lauzon, directrice générale de la fondation, qui ne vit que par des dons, affirme que celui de Benjamin est très inspirant. « De voir un jeune autiste, de son propre chef, développer quelque chose pour redonner, c’est beau à voir », s’exclame-t-elle. Mme Lauzon ajoute qu’il n’y a pas tant de personnes qui font ce genre de don.

L’an dernier, Benjamin leur avait remis 800 $. « Quand il est débarqué avec son chèque, j’étais impressionnée », poursuit-elle. Au cours de la dernière année, le Carignanois est devenu un ambassadeur pour la fondation et a participé à différentes activités.

Le don de cette année servira au volet autisme de cette fondation qui aide également des personnes avec des problèmes de santé mentale. Rien n’est encore décidé et Benjamin sera consulté.

La Fondation de l’autisme recevra ce don de Benjamin pour la première fois. Cette somme sera attribuée au programme Famille et compagnie en vacances, qui permet d’offrir un répit. Ce don permettra à au moins deux familles de profiter d’un répit de 48 à 72 heures. En moyenne, 75 sont offerts par année. La fondation aimerait doubler ce nombre.

« On aimerait donner plus. Le répit est important pour ces familles. Les parents sont contents quand ils sont choisis. Certains versent même des larmes. Mais on n’a pas le budget pour l’offrir à tous », indique Sophie Renaud, directrice générale de la fondation, qui aide des familles partout au Québec et qui ne fonctionne que par dons.

À la suite d’une rencontre déterminante avec l’une des membres du c.a. de cette fondation, Benjamin réalisera l’affiche d’un spectacle de patinage artistique qui sera présenté à Boucherville le 2 avril, Journée nationale de l’autisme.

Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S’abonner  
Notifier de