Des dons de 8000 $ pour sa défense

Des dons de 8000 $ pour sa défense

Christian Picard lors de son arrestation, alors qu’il tentait d’éviter la démolition de la maison Boileau. (Photo : archives)

Christian Picard, candidat péquiste dans la circonscription de Chambly aux dernières élections générales, amasse 8000 $ pour sa défense après s’être opposé à la destruction de la maison Boileau.

Un texte de

C’est plus de 120 personnes qui étaient présentes le 18 décembre au restaurant « La Croisée des chemins » pour soutenir Christian Picard lors de la soirée bénéfice « Se tenir debout pour Picard ».

Se sont relayés au micro Denis Trudel, Yves-François Blanchet, Alexandre Belliard, Ricardo Larrivée, Louise Chevrier, Mélina Laplante, Émile Grenier Robillard, Vieux Jacques, Félix-Antoine Picard et finalement Christian Picard, lui-même dans une ambiance survoltée. Pendant son mot de remerciement, M. Picard a rappelé l’importance de ne pas baisser les bras et de continuer la mobilisation citoyenne dans le dossier de la maison Boileau.

Les organisateurs de la soirée se disent particulièrement fiers du travail accompli. « La réponse des gens a franchement dépassé nos attentes », de dire Charles Fraser-Guay, l’un des organisateurs de l’événement. « Ce fut extrêmement émouvant de renchérir » avoue Julie Benoît, membre elle aussi du comité organisateur.

À la fin de la soirée, approximativement 2500 $ ont été amassés pour aider M. Picard dans ses démarches juridiques.

En comptant tous les autres dons, M. Picard arrive aujourd’hui à un montant de 8000 $ pour se défendre le 22 janvier au palais de justice de Longueuil.

Rappel des faits

Rappelons que M. Picard doit se défendre d’une accusation de méfait après avoir tenté de stopper la démolition de la maison Boileau.

C’est la date à laquelle devra comparaître Christian Picard au palais de justice de Longueuil.

En se rendant sur le terrain sans casque avec plusieurs autres citoyens, M. Picard et ces derniers ont réussi à arrêter la démolition un moment. À l’arrivée de la police, seul M. Picard n’a pas répondu à la demande des autorités de quitter les lieux. On a donc procédé à son arrestation avant de le relâcher peu de temps après.

« Je ne prends pas cette affaire à la légère, et c’est pour cela que je me suis bien entouré. Ce qui me touche énormément dans tout cela, ce sont les centaines de messages de soutien que j’ai reçu de partout au Québec », précise-t-il.

Avec l’aide de ses avocats, ce dernier a déjà remporté une première victoire, celle d’avoir pu assister à la dernière séance du conseil municipal de Chambly en 2018 en modifiant les conditions qui lui étaient imposées de ne pas le faire, comme se rendre sur le site de la maison Boileau. « Cependant, je ne peux pas m’adresser directement au Directeur général. »

Action contre la Ville?

En plus de sa défense, M. Picard souhaite également prendre des recours contre la Ville de Chambly, mais il n’a pas indiqué au Journal sur quel motif préférant se concentrer pour l’instant sur sa défense.

Christian Picard s’est engagé à remettre l’argent qui ne sera pas utilisé au Mouvement citoyen de Chambly (MCC) afin de soutenir les citoyens victimes de mises en demeure.

Laisser un commentaire

avatar
  S’abonner  
Notifier de