Des déceptions, mais aussi de bons résultats

Par Louise Bedard
Des déceptions, mais aussi de bons résultats

Les élèves de la Commission scolaire des Hautes-Rivières tirent peut-être de l’arrière en ce qui concerne l’obtention d’un diplôme, mais leurs résultats en français sont supérieurs à la moyenne québécoise.

Les dernières données disponibles montrent que 79,6% des élèves de 5e secondaire ont réussi l’épreuve ministérielle d’écriture de 2014 comparativement à 74,5% des jeunes Québécois du réseau public d’éducation. Le taux de réussite chez les filles des écoles de la région atteint 84,1%, comparativement à 73,7% pour les garçons.

La note obtenue à l’épreuve par l’ensemble des finissants de la Commission scolaire a été de 69,9%, par rapport à un résultat de 68,0% chez les élèves des écoles publiques québécoises.

Ces données comme plusieurs autres sur la population étudiante sont contenues dans le rapport annuel 2014-2015 de la Commission scolaire des Hautes-Rivières déposé en décembre.

Le rapport constitue en quelque sorte l’exercice officiel de reddition de compte. Il permet de faire état des résultats, notamment au chapitre de la diplomation et de la réussite des élèves.

«Nous sommes fiers des efforts de nos élèves et nous tenons à souligner la persévérance et l’engagement qu’ils démontrent envers leur propre réussite », a déclaré la présidente de la Commission scolaire, Andrée Bouchard. Elle reconnaît évidemment qu’il reste des défis à relever.

Diplomation

Un des défis majeurs est de hausser le taux de diplomation des élèves d’ici. En juin 2014, seulement 56,8% des élèves ont obtenu leur diplôme au terme des cinq années d’études, comparativement à 67,3% pour l’ensemble de la province. Le taux de diplomation des élèves du réseau public était de 61,7%.

Sept ans après avoir commencé leurs études secondaires, 67,9% des élèves de la cohorte de 2007 décrochaient un diplôme comparativement à 73,8% dans le réseau public québécois. Par ailleurs, 77,0% des filles de la Commission scolaire ont quitté l’école avec un diplôme en poche comparativement à 59,3% chez les garçons.

La cible à atteindre en 2019 est ambitieuse. On vise que 75,4% de nos élèves ayant débuté leur secondaire en 2012 aient quitté l’école avec un diplôme en poche.

Décrochage

Le taux de décrochage scolaire tend à diminuer. Il s’agit du pourcentage des élèves qui sont partis de l’école sans avoir de diplôme et de qualification.

Le taux de décrochage est passé de 23,1% en 2008-2009 à 18,2% en 2012-2013 à la Commission scolaire. Au cours de la même période, dans le réseau public québécois, il diminuait de 21,3% à 17,8%.

Le décrochage est un problème plus marqué chez les garçons que chez les filles. Selon les dernières statistiques disponibles, 25,2% des garçons de la Commission scolaire étaient décrocheurs comparativement à 11,7% des filles.

La Commission scolaire ambitionne de réduire le taux global décrochage à 16,4% en 2019.

Formation professionnelle

Un des objectifs établis par le ministère de l’Éducation est la hausse du nombre d’élèves de vingt ans et moins inscrits en formation professionnelle. Il est demeuré sensiblement le même au cours des trois dernières années à la Commission scolaire.

Parmi les 544 nouveaux inscrits durant l’année scolaire 2012-2013, 231 élèves étaient âgés de vingt et moins et l’on comptait autant de filles que de garçons. L’année suivante, on dénombrait 542 nouveaux inscrits, dont 211 jeunes de moins de vingt ans. Pour l’année 2014-2015, 622 nouveaux étudiants s’étaient inscrits, dont 226 jeunes de moins de vingt ans, soit 36,3% des effectifs.

Le rapport annuel 2014-2015 est disponible en ligne.

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires