Des centres communautaires et des bibliothèques plus accessibles

Des centres communautaires et des bibliothèques plus accessibles

TEST. Certains édifices sont plus accessibles pour Claude Lapierre, notamment des centres communautaires et des bibliothèques en raison des changements qui ont été apportés à certains bâtiments et des exigences relatives aux nouvelles constructions.

M. Lapierre a constaté que des efforts ont été faits du côté des centres communautaires. À Chambly, l’entrée arrière est dédiée aux personnes handicapées, car elle comprend un ascenseur tandis qu’à Carignan, le nouveau Centre multifonctionnel a été conçu en fonction des besoins des personnes à mobilité réduite.

Ce dernier a été construit de façon à répondre aux normes d’accessibilité des bâtiments aux personnes handicapées qui sont pourtant établies depuis 1986.  

«Le principe de base lors de la construction d’un nouveau bâtiment est l’accessibilité des personnes handicapées afin qu’elle puisse circuler sans obstacle», explique le porte-parole de la Régie du bâtiment.

Afin de respecter ce principe, certaines exigences doivent être remplies, par exemple, la présence d’un stationnement et d’une toilette pour les personnes handicapées. Une rampe d’accès, un ascenseur et des boutons automatiques pour ouvrir les portes sont aussi requis.

Bien que le centre communautaire Amédée-Ostiguy à Richelieu a, lui aussi, été adapté il y environ deux ans à la suite d’une demande du Club de l’âge d’or, des modifications restent à faire. Claude Lapierre n’a pas pu se stationner dans la place destinée aux personnes handicapées, car elle n’est pas assez large pour qu’il puisse ouvrir la rampe qui se trouve sur le côté de son véhicule. De plus, il n’a pas réussi à accéder à la nouvelle rampe d’accès, car les automobiles étaient stationnées trop proche.

Des changements à venir pour les bibliothèques

Seules les villes de Chambly et Richelieu détiennent des bibliothèques, car Carignan a conclu une entente pour utiliser celles de Longueuil. Toutefois, c’est seulement à Chambly que les personnes à mobilité réduite peuvent s’y rendre puisqu’à Richelieu, la bibliothèque se situe dans le sous-sol de l’édifice de la mairie. Néanmoins, la Ville de Richelieu a demandé une subvention afin de pouvoir relocaliser la caserne et ainsi pouvoir déménager la bibliothèque dans ce local.

Bien que les portes d’entrée de la bibliothèque de Chambly soient munies de boutons automatiques, l’espace lorsqu’elles s’ouvrent est restreint. Le lavabo n’est pas accessible dans la salle de bain pour handicapé et il est impossible de faire passer le fauteuil de M. Lapierre entre les rangées. Toutefois, la nouvelle bibliothèque devrait permettre de régler ces problématiques.

Selon la coordonnatrice de l’Association locale des personnes handicapées de Chambly et la région (ALPHA), Sylvie Jeannotte, les efforts entrepris par les villes témoignent de leur préoccupation pour la situation des personnes à mobilité réduite.

«De plus en plus, les municipalités sont sensibilisées au fait de devoir intégrer les personnes handicapées. L’ensemble de la population est consciente que n’importe qui peut être à mobilité réduite», conclut-elle.

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires