Des biscuits pour chien pour financer son stage en Afrique

Des biscuits pour chien pour financer son stage en Afrique

Kéliane Nadeau fabrique des biscuits pour chien afin de financer un stage en Afrique.

Crédit photo : courtoisie

Afin d’amasser de l’argent pour financer un stage d’études en Afrique, Kéliane Nadeau a eu l’idée de vendre des biscuits pour chien faits maison.

La résidante de Chambly étudie au cégep Vanier au programme Environmental and Wildlife Management. Au terme de ses trois ans d’études, elle doit réaliser un stage.

Ce qui la passionne le plus, c’est de côtoyer des animaux, principalement les félins. Elle souhaite d’ailleurs, après avoir obtenu son diplôme collégial, poursuivre ses études en zoologie à l’université pour étudier le comportement des félins.

C’est pour cette raison que l’étudiante de vingt ans a entrepris des démarches pour effectuer son stage en Afrique avec les lions et les hyènes. « Les stages qu’on nous propose ici se passent plus en laboratoire. Si je veux faire quelque chose que j’aime, il faut que je sorte de Montréal. Je me suis dit tant qu’à aller quelque part, aussi bien aller en Afrique », précise-t-elle.

Kéliane Nadeau est entrée en communication avec le propriétaire d’un sanctuaire en Afrique. Elle suivait l’homme sur les réseaux sociaux depuis quelques années. « J’avais vu passer un lien sur Facebook, celui d’un homme qui jouait avec les lions. Je m’étais dit que je voulais faire ça, moi aussi », raconte-t-elle. Une recherche sur Google lui a indiqué qu’il était propriétaire d’un sanctuaire. « Je me suis dit que je pouvais y aller. Je suis ce monsieur depuis que j’ai douze ans. »

Elle réalisera son stage de six semaines en janvier 2020. Pour l’instant, elle ne connaît pas les dates exactes de son séjour. La jeune Chamblyenne est également la seule de sa cohorte à viser l’Afrique pour réaliser son stage.

« J’avais vu passer un lien sur Facebook d’un homme qui jouait avec les lions. Je m’étais dit que je voulais faire ça, moi aussi. » – Kéliane Nadeau

Financement

La fondation de l’école, sous forme de bourse, aide un peu à financer les dépenses reliées au stage. Kéliane Nadeau souligne aussi que les enseignants donnent un coup de main aux étudiants qui effectuent des stages à l’international en les incitant à poser leur candidature pour d’autres aides financières.

Comme elle sait que ça lui prendra beaucoup d’argent pour réaliser son rêve, la jeune femme a décidé de se créer un moyen de financement. Elle n’avait pas envie de faire du porte-à-porte pour vendre du chocolat.

« J’ai un chien, je me suis donc dit que je pourrais faire des biscuits pour chien et les vendre. Au parc à chien, j’en ai parlé aux gens et ils étaient intéressés », indique-t-elle.

Depuis le début de l’année, elle prépare un lot de biscuits par mois qu’elle vend 5 $ le sac de cent grammes. Kéliane Nadeau fabrique elle-même les gâteries avec des ingrédients simples, soit des fruits et des légumes, ainsi que de la farine d’orge et de la farine de grillon. « Ils sont santé, même les humains pourraient en manger », ajoute-t-elle.

L’étudiante a voulu faire un biscuit qui serait plus que simplement une gâterie. C’est pour cette raison qu’elle a opté pour de la farine d’orge, qui se digère mieux, et qu’elle y a ajouté des grillons pour qu’ils contiennent des protéines. « Les gens n’auront pas à se sentir mal de récompenser leur chien lorsqu’ils leur apprendront des trucs », souligne-t-elle.

Parfois, il lui arrive même de substituer la nourriture quotidienne de son chien par des biscuits.

Entrepreneure

Il s’agit de sa première expérience comme entrepreneure. « Je fais des essais-erreurs. Je n’avais aucune expérience et pas d’études là-dedans ». Elle peut toutefois compter sur l’aide de son frère, se réjouit-elle, qui possède de l’expérience dans ce domaine.

Il lui donne aussi un coup de main pour la préparation des biscuits ainsi que pour la gestion de la page Facebook de vente.

Sa mère l’aide aussi dans la cuisine et dans la vente du produit.

La jeune femme songe à possiblement poursuivre cette petite entreprise même lorsqu’elle aura amassé suffisamment d’argent pour son stage et après celui-ci. « J’aime ça. Je vais peut-être continuer après si les gens aiment ça. Jusqu’à maintenant, je n’ai pas vu un chien ne pas en manger », affirme-t-elle.

Les biscuits JangoliciousTreats sont offerts sur sa page Facebook ou peuvent se commander par courriel au jangothemalinois@gmail.com.

Laisser un commentaire

avatar
  S’abonner  
Notifier de