Des « absences » au budget fédéral selon Yves-François Blanchet

Photo de Chloé-Anne Touma | Initiative de journalisme local
Par Chloé-Anne Touma | Initiative de journalisme local
Des « absences » au budget fédéral selon Yves-François Blanchet
Yves-François Blanchet, député du comté de Beloeil-Chambly et chef du Bloc québécois, s’exprime sur le projet de loi 96. (Photo : archives)

Le budget fédéral dévoilé, le chef du Bloc québécois et député de Beloeil-Chambly, Yves-François Blanchet, y relève certains points qu’il qualifie d’« absences ».

« Je ne veux pas avoir l’air ingrat et je salue le fait que le gouvernement ait misé sur la capacité d’emprunt exceptionnelle du Canada pour la relance économique, entame le bloquiste. Cela dit, il y a, à mon sens, des absences dans le budget. »

Pas de hausses de transferts en santé

Il reproche notamment au gouvernement fédéral d’ignorer les revendications du Québec quant aux transferts en santé et au traitement des aînés. C’est que le déficit de 354 milliards de dollars, pour l’exercice 2020-2021, est inférieur de 28 Md$ à ce qui était prévu en novembre dernier, ce qui aurait suffi à assurer les transferts en santé exigés à l’unanimité par le Québec et les autres provinces. « Le gouvernement avait prévu, pour l’année dernière, un déficit plus important que ce qu’il y a eu et il dépense un peu moins que ce qu’il avait prévu dépenser, alors pourquoi n’a-t-il pas accordé aux provinces les transferts en santé quand on sait que c’est ce qui est le plus important en temps de pandémie? »

« Je n’ai jamais vu une réaction aussi rigoureuse de la part des aînés de 65 à 75 ans. Ils sont très fâchés. » – Yves-François Blanchet

Les aînés

Il déplore également qu’Ottawa limite son soutien aux aînés à un paiement unique de 500 $ l’été prochain pour les 75 ans et plus seulement, ce qu’il voit comme une manœuvre électoraliste. « Et ça ne représente que 40 $ par mois pour une année. Ce n’est pas sérieux. Les aînés sont les plus touchés par la pandémie. Quant aux 65 à 75 ans, il n’ont rien du tout. » Notons qu’Ottawa souhaite dépenser 3 milliards sur cinq ans pour que les provinces puissent appliquer de nouvelles normes fédérales uniformisées en matière de soins pour les aînés dans les établissements de soins de longue durée (CHSLD), que le Bloc considère comme de l’ingérence coûteuse, qui ne répond pas non plus aux besoins de tous les aînés. « Il faut comprendre que ceux qui auront besoin d’une augmentation de leur pension de vieillesse sont ceux qui ne seront pas en CHSLD », d’apporter M. Blanchet. « Je n’ai jamais vu une réaction aussi rigoureuse de la part des aînés de 65 à 75 ans. Ils sont très fâchés », affirme-t-il.

Satisfait quant à certains points

Le Bloc se montre toutefois satisfait à l’égard des sommes allouées aux secteurs importants du Québec, dont l’aérospatiale, l’électrification des transports, la foresterie et les pharmaceutiques. « On pense avoir joué un rôle important dans le fait qu’il y ait dans le budget de l’argent pour la foresterie et les régions, et pas seulement les régions productrices, mais aussi celles qui font la transformation du bois. » Le parti a aussi bien accueilli la taxation des géants du Web à 3 % de leurs revenus, pour autant qu’il y ait davantage de garanties en faveur de la culture québécoise.

Le modèle des CPE

Questionné à savoir s’il salue l’intention d’Ottawa de financer à hauteur de 8,3 milliards par an (montant en 2025-2026) un réseau de garderies publiques à faible coût administré par les provinces, à l’image des CPE du Québec, M. Blanchet répond que « c’est une très bonne chose, mais il faut dire que le Québec était féministe il y a 25 ans. Car il faut se le rappeler, la politique des garderies du Québec a été mise en place par Pauline Marois ».

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires