Derrière le tournoi, toute une équipe de bénévoles

Photo de Saïd Mahrady
Par Saïd Mahrady
Derrière le tournoi, toute une équipe de bénévoles
(Photo : SM)

La 24e édition du Tournoi provincial pee-wee de Chambly bat son plein, tandis qu’une armée de bénévoles continue de s’atteler à la tâche afin que l’événement se déroule dans les meilleures conditions possible.
Le Journal de Chambly a voulu savoir comment une telle rencontre de deux semaines se prépare et occupe les organisateurs, qui agissent tous à titre bénévole.
Le mercredi 9 janvier, aux alentours de 16 h 30, la glace immense s’offre seulement aux trois ou quatre jeunes filles et garçons qui pratiquent le patinage artistique. Elles et ils doivent céder la patinoire une demi-heure plus tard en vue du neuvième match de ce tournoi. La partie sera suivie par le match d’ouverture officielle, pour lequel des dignitaires sont attendus.
Francis Cordeau, président du Tournoi, est sur place. Il relate que dès la fin de semaine des vacances de la construction, toutes les informations entourant l’édition de 2019 sont mises à jour sur le site Internet du tournoi, entre autres les paramètres pour les inscriptions et le coût de participation. « Il y avait aussi une rencontre post-tournoi (celle de 2018) : ce qu’on a aimé, ce qu’on n’a pas aimé et aussi pour commencer à planifier l’édition de 2019. On quitte la tête tranquille; on passe l’été et on revient en août jusqu’à maintenant. »
Travail de concertation
Présider un tournoi nécessite une présence presque au quotidien pour M. Cordeau. Il a pris le relais de la direction il y a quatre ans avec Maxime Bazinet, qui agit à titre de vice-président « On a fait un bon travail de relève et si on quitte, on laisse un tournoi en santé et en très bonne condition. Je suis là chaque jour; certes, on a une famille. Ce soir, c’est mon voisin qui va emmener mon fils et le sien pour leur match de hockey », mentionne le président, qui ajoute qu’une bonne partie des bénévoles sont des parents dont leurs enfants participent ou ont participé au tournoi.

« Remettre le montant le plus élevé possible au hockey mineur. »- Francis Cordeau

Il tient à louer le travail de concertation au sein du comité. « Notre défi est de nous améliorer, de chercher le meilleur événement possible avec un coût le moins cher possible financièrement et de remettre le montant le plus élevé possible au hockey mineur. »
La recherche des commandites, le boulier à cadeaux, les dons, les frais d’inscription sont parmi les revenus du tournoi. « L’entrée est gratuite, car le montant qu’on facture aux équipes inclut une partie destinée à l’admission. Tout le monde peut en profiter : les parents, les grands-parents, les amis. »
« Je suis là chaque jour, confie pour sa part le vice-président, M. Bazinet. En théorie je fais tout et rien; je ne me donne pas de tâches, car je vais combler les besoins à droite et à gauche et voir à ce que tout fonctionne bien. » Il dit que le comité a la chance cette année d’avoir des bénévoles à tous les postes.
Cent bénévoles au départ
« À partir du 1er décembre, on affiche partout la demande pour les bénévoles, explique M. Cordeau. Isabelle Imbeault (directrice des bénévoles) me dit qu’on a en partant cent noms en banque. Il y en a qui vont venir une fois et faire une heure ou deux ; d’autres vont s’impliquer plus sur les deux semaines. C’est une gestion de tous les jours. »
Albert Hopkins a agi à titre de bénévole pendant vingt-trois années. « Au début, je m’occupais de la sécurité, et maintenant je donne un coup de main ici et là. » Le résidant de Chambly, depuis 55 ans, y est présent environ quatre heures par jour. Il lui arrive de s’arrêter pour regarder un match, car, badine-t-il, il n’est pas payé!
William Savaria, âgé de 13 ans, en est à sa troisième année comme bénévole. Il s’initie à la responsabilité de gouverneur. « J’ai joué au hockey. Je suis gouverneur, c’est moi qui apporte les boissons entre les périodes et à la fin des matches. C’est très amusant. »
Un comité et des bénévoles qui contribuent à la réussite de ce tournoi qui gagne en popularité au point où, rapporte le président, l’organisation « aurait pu accepter cette année entre vingt et trente équipes de plus. » La 24e édition, qui a accueilli 52 équipes, se poursuit jusqu’au 20 janvier.
 

Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S’abonner  
Notifier de