Décongestionner l’autoroute 30

Photo de Chloé-Anne Touma
Par Chloé-Anne Touma
Décongestionner l’autoroute 30
Le ministre des Transports du Québec, François Bonnardel, présentant le projet. (Photo : capture d'écran)

Le 18 février dernier, en conférence de presse, le ministre des Transports du Québec, François Bonnardel, a annoncé que des travaux de bonification de l’autoroute 30, l’une des plus achalandées de la Rive-Sud de Montréal, seraient réalisés de 2022 à 2028.

Les travaux, qui commenceront cet été, impliquent une reconstruction en béton d’une portion de 17 kilomètres, pour l’ajout d’une voie réservée dans chacune des directions de l’autoroute, au centre plutôt que sur les côtés. À terme, l’élargissement devrait rendre la circulation plus fluide entre Brossard et Boucherville, notamment pour les déplacements des gens de Chambly jusqu’au REM.

Quatre ans de travaux majeurs

Il faudra s’attendre à subir les retombées des déviations entraînées par les travaux de planification, qui perturberont la circulation pendant deux ans, avant que d’autres travaux encore plus importants ne soient entamés. Le ministre Bonnardel a indiqué que les travaux majeurs ne débuteront qu’en 2024, afin d’éviter d’ajouter à la pression déjà exercée par le chantier du pont-tunnel Louis Hippolyte-Lafontaine.

Selon le député de Chambly, Jean-François Roberge, c’est « une excellente nouvelle qui sera profitable pour les citoyens de Chambly. Les travaux de décongestion de l’autoroute 30 permettront une meilleure fluidité en intégrant tous les modes de transport. C’est un enjeu important pour la Rive-Sud de Montréal », a-t-il insisté, tout en maintenant que les citoyens étaient nombreux à lui en parler.

De 2022 à 2028
C’est la période durant laquelle les travaux de reconstruction de l’autoroute 30 se dérouleront

En entrevue avec le journal, M. Roberge a rappelé son attachement personnel au projet. « On pourrait s’étonner de mon intérêt pour ces travaux, car l’autoroute est à l’extérieur de la circonscription de Chambly, mais il suffit de connaître les gens de Chambly, Carignan, Saint-Mathias-sur-Richelieu et Saint-Basile-le-Grand pour savoir que tout le monde utilise cette altère névralgique, et fréquemment. J’ai eu plusieurs discussions avec le ministre Bonnardel pour que l’on s’assure de l’avancement accéléré des travaux. J’ai été très content de voir que ça allait bouger dès cet été, pour améliorer la fluidité, parce que c’est ce qu’implique l’ajout d’une voie supplémentaire à gauche, dans chacune des directions, qui sera réservée au transport collectif, aux taxis, et au covoiturage. Cela veut dire qu’on libère les voies actuellement utilisées par tous les citoyens, et qu’on permet à ceux qui covoiturent de se déplacer encore plus rapidement. Pour moi, c’est la solution idéale. »

Jean-François Roberge

Alors qu’on a exprimé la volonté de favoriser la prise de conscience et les comportements écologiques à travers le projet, aucune mention n’a été faite relativement à l’inclusion d’autres formes de déplacement écoresponsable. Questionné à savoir si l’on pourrait envisager de permettre aux véhicules électriques de circuler sur la voie réservée, M. Roberge répond que « ce n’est pas exclu. Ça fait partie des évaluations. Ce qu’on me dit, c’est qu’en réalité, on va tellement devenir des leaders en matière de véhicules électriques au cours des prochaines années, que toutes les voies seront utilisées par des véhicules électriques. On va tout simplement cesser de vendre des véhicules à essence à moyen terme. La voie réservée est planifiée pour du très long terme et sera préservée pour des décennies. Il n’est pas exclu que durant les premières années, elle soit aussi accessible aux véhicules électriques, mais ce sera probablement inévitable pour toutes les voies. »

Si l’idée d’un élargissement qui coûtera des dizaines voire des centaines de millions de dollars, semblait très attrayante au début de la pandémie, certains citoyens se demandent si elle n’apparaît pas superflue lorsqu’on observe une tendance favorable au travail à distance, la forme hybride entre le télétravail et le travail en présentiel semblant s’installer pour de bon. 

« (Il) faudrait se calmer avec le réseau de transport en commun, alors que les tours à bureau de Montréal sont vides et qu’on sait que c’est possible de faire du télétravail, exprime Jean-François Potvin, un Marievillois. La vraie solution est le télétravail et non de multiplier les dépenses sur le transport », conclut ce dernier. Il souligne tout de même les bénéfices du covoiturage, qui sera encouragé par la nouvelle voie réservée, allégeant le trafic. Il rappelle que les covoitureurs peuvent utiliser des applications de covoiturage, une option qu’il juge « plus pratique que d’attendre un bus ».

Mais selon le député de Chambly, la montée du télétravail depuis le début de la pandémie n’enlève rien au besoin d’optimisation routière, puisque le modèle de travail qui s’installe est une formule hybride. « Le télétravail est venu réduire la pression sur le réseau routier, et tant mieux si des gens y trouvent leur compte, sont bien chez eux et utilisent moins le transport. C’est bon pour l’environnement, et c’est bon pour les gens. Il n’en demeure pas moins qu’il y a une forte tendance pour une formule hybride. Les citoyens vont continuer de se déplacer quand même, et on a toujours besoin de plus de fluidité sur l’axe de l’autoroute 30. Je pense que personne ne remet cela en question. Les gens veulent se rendre directement à Montréal, ou se rendre au REM, ou se déplacer sur la Rive-Sud, où ils habitent et travaillent de plus en plus. Il ne faut pas penser qu’en termes de transport nord-sud, mais aussi est-ouest. »

On peut espérer que les travaux d’élargissement créeront de l’emploi dans la région, bien qu’on en soit encore à l’étape de recevoir les soumissions. « Je ne suis pas impliqué dans l’attribution des contrats, mais il est certain que lorsqu’on investit dans les infrastructures, ça soutient la croissance économique. Ce n’est pas pour faire travailler nos gens de la construction qu’on élargit l’autoroute 30, mais bien pour permettre aux gens de mieux circuler, tant pour aller travailler ou étudier que pour les loisirs. Les gens qui utilisent l’autoroute 30, matin et soir, particulièrement aux heures de pointe, seront soulagés. »

Question aux lecteurs :

Que pensez-vous de l’élargissement de l’autoroute 30 par l’ajout d’une voie réservée?

 

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires