De Rougemont, l’association des pompiers auxiliaires de la Montérégie apporte du réconfort dans 84 villes

Photo de Frédéric Khalkhal
Par Frédéric Khalkhal
De Rougemont, l’association des pompiers auxiliaires de la Montérégie apporte du réconfort dans 84 villes
Les bénévoles de l’APAM portent assistance directe aux citoyens sinistrés sur un lieu d’urgence. (Photo : Frédéric Khalkhal)

L’Association des pompiers auxiliaires de la Montérégie (APAM), basée à Rougemont, collecte des fonds toute l’année afin de pouvoir venir en aide aux citoyens sinistrés sur un lieu d’urgence.

L’APAM, c’est un groupe de bénévoles qui porte assistance directe aux citoyens sinistrés sur un lieu d’urgence.
Fondée en 1998 par le directeur du Service de sécurité incendie de Rougemont, Bruno de Repentigny, et Gilles Renaud, un passionné du milieu de la sécurité incendie depuis des années, l’APAM ne cesse de croître.

Cependant, depuis ces deux dernières années, le financement n’est pas au beau fixe, comme pour tous les organismes communautaires qui ont affronté la pandémie. « Pour tous les organismes communautaires, le financement est difficile. Nous fonctionnons essentiellement grâce aux dons. Nous n’avons pas de subvention récurrente du ministère de la Sécurité publique. Comme nous venons en service incendie, nous recevons une contribution annuelle de leur part, qui couvre 40 % de nos besoins. Les députés provinciaux, les commandites d’entreprises et les dons des particuliers viennent boucler notre financement », explique Denis Dionne, porte-parole de l’APAM.

Il faut dire que l’Association couvre un territoire de 7 300 km2, touchant une population de plus d’un million de personnes avec environ 50 bénévoles. Depuis le début de la création de l’APAM, il y a environ 1 800 interventions qui ont permis un soutien au service incendie et aux particuliers.

Création
Dès 2001, l’Association se dote de sa propre caserne à Rougemont. Elle a été construite avec l’aide de nombreux pompiers et bénévoles de la Montérégie et abrite trois unités d’intervention, un ancien autobus scolaire, un mini-autobus et une remorque, tous spécialement aménagés. L’endroit permet aussi d’entreposer de l’équipement et du matériel nécessaires à l’aide aux sinistrés, tels des lits, des couvertures de laine, des oreillers… La caserne constitue le centre vital de l’APAM, contenant tout le nécessaire en un même lieu, ce qui permet une intervention rapide et complète.

L’APAM dessert sur appel 47 services de sécurité incendie, pour un total de 84 municipalités. Chambly, Carignan, Richelieu, Saint-Mathias-sur-Richelieu, Marieville, Rougemont ou encore Saint-Angèle-de-Monnoir sont toutes des villes qui peuvent bénéficier des services de l’APAM.
« La Fédération des pompiers auxiliaires devrait être officialisée bientôt et des discussions avec le gouvernement se tiennent pour que nous puissions recevoir, comme la garde côtière auxiliaire, du financement pour continuer nos activités », de préciser M. Dionne.
L’APAM n’est pas la seule structure du genre au Québec. Lanaudière, Montréal ou encore Québec ont aussi leurs bénévoles qui viennent prendre soin des citoyens sinistrés ou du personnel incendie sur un lieu d’urgence.

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires