La folle odyssée de Jacques Cartier de retour cet été au Pôle du savoir

La folle odyssée de Jacques Cartier de retour cet été au Pôle du savoir

Les comédiens de la Folle odyssée de Jacques Cartier.

Crédit photo : Courtoisie

La pièce de théâtre La folle odyssée de Jacques Cartier sera de retour à Chambly plus de dix ans plus tard. Elle sera présentée tout l’été dans la nouvelle salle multifonctionnelle située dans le Pôle du savoir, de l’histoire et de la culture dès le 28 juin.

« C’est un immense honneur d’inaugurer la salle. C’est un beau cadeau pour des acteurs », souligne Jeff Boudreault, comédien et coauteur de la pièce. Il souligne avoir sorti le spectacle de l’hibernation.

La distribution originale, composée de Jeff Boudreault, Pierre-Alexandre Fortin, Richard Turcotte, Francis Vachon et Marc-François Blondin, montera sur scène pour redonner vie à la pièce. « On ne retrouve pas cette façon de travailler dans le milieu », indique Marc-François Blondin pour expliquer que tous les acteurs de la première mouture y participent. « C’est ça qui m’a attiré », renchérit Richard Turcotte. Pierre-Alexandre Fortin, seul résidant de Chambly de la distribution, souligne pour sa part le « plaisir de se retrouver entre chums ». Durant la conférence, la chimie entre les comédiens était palpable.

Histoire et humour

Le coauteur, Jeff Boudreault, précise que la pièce, qui a été présentée durant quatre années à l’étage au-dessus du restaurant Fouquet Fourchette et qui a ensuite fait une tournée jusqu’en 2009, a été actualisée. Il ajoute que c’est un hybride entre du théâtre et un spectacle d’humour. « La toile de fond est composée de faits historiques sur le second voyage de Jacques Cartier, indique-t-il. Mais tous les dialogues et les situations, ce sont le reflet de la société actuelle. Les Amérindiens et les Français, ce sont les Québécois d’aujourd’hui. C’est anachronique. »

Il cite en exemple l’utilisation des réseaux sociaux, qui se transforment en signaux sociaux dans La folle odyssée de Jacques Cartier.

Bien qu’il y ait beaucoup de gags, les acteurs assurent qu’il n’y a pas d’improvisation sur scène. Les bouts ajoutés en cours de route sont faits en accord avec les autres. « On ne peut pas faire d’improvisation. D’abord, parce que je ne suis pas bon, mais le show est rythmé et c’est important que ce soit serré », affirme Pierre-Alexandre Fortin. « Il y a un métronome derrière la pièce. L’improvisation ferait qu‘il serait brisé », ajoute Francis Vachon, qui assure aussi la mise en scène.

« C’est un immense honneur d’inaugurer la salle. C’est un beau cadeau pour des acteurs » – Jeff Boudreault

Selon les comédiens, c’est un spectacle qui peut être vu et revu. « À l’époque, les gens revenaient parce qu’il y a tellement de gags qu’ils ne pouvaient pas tout saisir en une seule représentation », affirme Richard Turcotte. « On comptait en arrière, 1-2-3 rire général, 1-2-3, rire général » ajoute Marc-François Blondin.

Jeff Boudreault croit que le spectacle n’aura pas la même qualité qu’autrefois. « J’ose croire qu’on l’a amené plus loin. De un, on a plus d’expérience et de deux, on a investi dans les décors », dit-il.

Le spectacle est présenté les jeudi, vendredi et samedi jusqu’au 24 août. Les billets sont déjà en vente sur le site lafolleodysee.com.

Pôle du savoir

Le maire Denis Lavoie était présent lors de la conférence, malgré son congé de maladie. Il a soutenu « ne pas avoir écouté ses médecins ». Il tenait à être présent pour l’occasion. « C’était important pour moi d’être ici parce que ça fait cinq ans qu’on travaille d’arrache-pied sur le Pôle du savoir. C’est la première conférence pour annoncer une activité qui y sera présentée. Pour nous, c’est comme si notre bébé commençait à marcher. »

La salle comportera 350 places assises, en plus des loges qui offriront un total de 54 sièges. Le maire précise qu’elle sera multifonctionnelle et que dès l’automne, elle accueillera plusieurs événements qui seront dévoilés prochainement.

M. Lavoie ajoute que le hall du bâtiment, qui abritera également la bibliothèque, sera aussi un espace important. « Je ne veux pas que les gens entrent, prennent un livre et repartent, soutient-il. Je veux que ce soit un endroit d’échange. »

Le maire est heureux de présenter la pièce, qui se veut une « valeur sûre ».