De l’argent en échange d’une moustache

Photo de Jean-Christophe Noël
Par Jean-Christophe Noël
De l’argent en échange d’une moustache
Le mouvement vient de se terminer en ce qui a trait à 2019 et Jean François Paradis y a mis du sien. (Photo : courtoisie)

Depuis 2003, le mois de novembre est associé au Movember, ce mouvement au sein duquel des hommes se laissent pousser la moustache pour amasser des sous afin de combattre différentes maladies. Où en est le mouvement?

Le cancer de la prostate, le cancer testiculaire, la santé mentale et la prévention du suicide sont des causes pour lesquelles Movember est actif.

« L’état de santé des hommes est en crise. Les hommes meurent prématurément. Le sexe est l’un des principaux indicateurs et l’un des plus constants de la santé et de l’espérance de vie. Les nouvelles ne sont pas bonnes pour les hommes. Dans le monde, les hommes vivent en moyenne six ans de moins que les femmes », peut-on lire sur le site de Movember.

Movember

Pour la première fois, Jean François Paradis a participé au Movember. Son objectif était de 500 $ et 100 km. En date du 27 novembre, il en était à 270 $ et 81 km.

« J’ai commencé en bon Mobro en me rasant à la peau le premier novembre. J’ai fait voter mon entourage pour le type de moustache que j’allais laisser pousser. Alors, depuis le premier novembre, j’arbore la moustache Le Trucker », signifie-t-il d’un sourire que recouvre la pilosité.

« Je n’ai pas hâte de raser ma moustache. » Jean François Paradis

« Puisque la cause concerne la santé masculine en général, il y a plusieurs raisons pour moi de le faire. Je le fais parce que je suis en bonne santé et que je mène une belle vie du haut de mes 49 ans. Ce n’est pas le cas pour tous les hommes. Aussi, j’ai un ami qui se bat contre un cancer en ce moment. J’ai un autre ami de longue date qui a survécu à un cancer des testicules, j’ai un ami du secondaire qui est décédé et mon père en est mort aussi malgré les traitements de radio et de chimio », dépeint le Chamblyen quant à ses motivations.

Statistiques du

Catherine Woron, qui travaille avec Movember, fait part de la croissance continuelle du mouvement.

« Au 27 novembre 2019, il y avait 8 060 inscrits au Québec comparativement à 4 454 à la même date en 2018. Toujours à cette même date, en 2019, les fonds amassés s’élèvent à 736 500 $ par rapport aux 472 900 $ de 2018. »

Histoire de la moustache

En 2003, deux amis, Travis Garone et Luke Slattery, se rencontrent pour prendre tranquillement une bière à Melbourne, en Australie, et développent l’idée qui donnera naissance à Movember.

La moustache avait complètement disparu des tendances de la mode. À l’aide de ce symbole d’une masculinité disparue, ils trouvent 30 gars prêts à relever le défi en échange d’argent. Depuis, le mouvement hirsute a pris de l’expansion.

« J’aime beaucoup l’extravagance de la moustache, mais je devrai me raser pour ma prochaine pièce de théâtre qui commence en janvier. Je n’ai pas hâte de raser ma moustache », boucle Jean François Paradis.

Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S’abonner  
Notifier de