D’autres avenues pour divertir dans les salles de spectacles

Photo de Martine Veillette
Par Martine Veillette
D’autres avenues pour divertir dans les salles de spectacles
La salle de spectacle du Pôle culturel de Chambly ne pourra accueillir des spectateurs dans les prochaines semaines. (Photo : archives)

Chambly faisant partie de la Communauté métropolitaine de Montréal, elle est entrée en zone rouge le 1er octobre. Ce qui signifie que tout est à nouveau arrêté pour les spectacles. Pour l’instant, l’impact de cette deuxième fermeture est mineur pour la salle du Pôle culturel de Chambly.

Un seul spectacle était au calendrier pour le mois d’octobre, celui de Philippe Laprise. Guy Boulanger, directeur général de la SPEC du Haut-Richelieu, qui gère la programmation, avance que le spectacle pourrait être présenté dans une autre salle. La SPEC gère également des salles àSaint-Jean-sur-Richelieu, qui n’est pas encore en zone rouge.

« On ne sait pas encore si ce sera possible. Le choix premier de Philippe Laprise était d’offrir un spectacle à Chambly (sa ville de résidence) », indique M. Boulanger. Il ajoute qu’habituellement Saint-Jean-sur-Richelieu suit de quelques jours ce qui survient à Montréal. Il estime donc qu’il ne sera probablement pas possible de présenter des spectacles prévues en salle prochainement.

« Même si on peut avoir du public, on souhaite pouvoir présenter le spectacle à la fois présentiel et virtuel. » – Guy Boulanger

Virtuel

Depuis quelques temps, les dirigeants de la SPEC jonglent avec la possibilité de présenter les spectacles en mode virtuel. « Ça nous occupe les mains et le cerveau de manière positive », blague M. Boulanger.

Lui et ses employés s’affairent à contacter les agents des artistes afin de voir leur ouverture à présenter leur spectacle de manière virtuelle. « On est en train de peaufiner tout ça. Même si on peut avoir du public, on souhaite pouvoir présenter le spectacle à la fois présentiel et virtuel », soutient-il.

M. Boulanger soutient que c’est le choix qu’ils ont fait puisque l’entreprise détient l’équipement pour le réaliser. Déjà des représentations ont été diffusées sur le Web dans les dernières années.

Spectacles intimes

La SPEC planche aussi sur une offre de spectacle plus intime afin de respecter la capacité maximale de personnes dans une salle. Des annonces de spectacles acoustiques et de rodage de spectacles d’humour devraient être effectuées dans les prochaines semaines.

Par exemple, la salle Emma-Albani au Pôle culturel de Chambly pourrait accueillir environ 100 personnes pour respecter les mesures de distanciation, lorsque ce sera possible d’y faire entrer du public.

Perte monétaire

Depuis mars, l’entreprise n’a obtenu aucune entrée d’argent, mais a dû rembourser plusieurs billets. Jusqu’à maintenant c’est l’équivalent de 50 000$ en billet qui ont été remboursés.

M. Boulanger s’attend à ce que l’hiver ne soit pas prolifique pour son entreprise.

« On a une bonne santé financière. On sera en mesure de passer au travers de la crise. On a aussi de l’aide du gouvernement pour payer les salaires. Ça diminue la pression financière », admet-il.

Malgré tout, il se résigne aux demandes du gouvernement et souhaite qu’elles permettront réellement de diminuer les cas. « Je mets mes énergies à trouver des solutions qui me seront profitables plutôt que de crier à l’injustice », conclut-il.

 

Café-Théâtre de Chambly

Du côté du Café-Théâtre, qui a célébré ses 30 ans d’existence l’an dernier, cette annonce pourrait avoir encore un nouvel impact. La troupe a cessé toutes ses représentations depuis mars mettant ainsi fin à sa programmation 2020, puisqu’elle n’a pu reprendre depuis.

Normalement, les répétitions de la présentation de la pièce Les monologue du vagin devaient reprendre en octobre. Jean-Alexandre Côté, codirecteur artistique, souligne qu’elles reprendront plus tard « ce qui occasionnera sûrement un report de la reprise des spectacles», qui était prévu à la fin février.

« Notre objectif est toujours d’accueillir nos spectateurs cet hiver. Si le gouvernement lève les mesures le 28 octobre tel qu’annoncé, on devrait bien s’en sortir. Si toutefois ça devait se prolonger, on devra réorienter notre stratégie» soutient-il.

M.Côté ajoute qu’ils sont « un peu dans le flou actuellement». Des discussions doivent avoir lieu avec la Ville de Chambly, à qui le Café-Théâtre paie un loyer.

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires