Dancing with Belle : un livre en hommage à sa mère

Photo de Chloé-Anne Touma (Initiative de journalisme local)
Par Chloé-Anne Touma (Initiative de journalisme local)
Dancing with Belle : un livre en hommage à sa mère
Lorraine Henegan a écrit le récit de la vie de sa mère. (Photo : Chloé-Anne Touma)

Isabella Pearl Lawrence est décédée le 16 avril 2021. La voir dépérir jusqu’à son décès, en pleine pandémie, est ce qui a motivé sa fille à écrire le récit de sa vie.

C’est pour rendre hommage à Isabella, surnommée « Belle », que sa fille, Lorraine Henegan, a écrit le livre Dancing with Belle (Danser avec Belle), en 250 pages dans la langue de Shakespeare.

Elle y livre l’histoire de Belle, née en 1932 dans une famille anglophone, en région rurale du Québec, où elle vivra très tôt ses premières déchirures. Alors qu’elle n’a que dix ans, Belle subit la perte de sa mère bien-aimée, Zita, qui remplissait de joie le foyer familial et la réveillait chaque matin pour danser avec elle, son grand frère et sa petite sœur au son de la radio. Se raccrochant à ce qu’elle pourra, Belle deviendra elle-même un pilier pour les siens, un modèle de résilience, de générosité et de soif de vivre qui feront partie de son héritage.

« Ma mère est décédée des suites de l’isolement, d’un bras cassé et des complications de la COVID, sans même avoir contracté le virus. » – Lorraine Henegan

Le livre raconte, entre autres choses, l’histoire d’amour que Belle entretient jusqu’au mariage avec René, un francophone. « À l’époque des années 40 et 50, français et anglais ne se mélangeaient jamais; se fréquenter romantiquement était mal vu par les parents des deux côtés », lit-on au sixième chapitre. Belle, alors âgée de 19 ans, suivra son cœur et se mariera avec René, le père de Lorraine et de ses cinq frères et sœurs. Hélas pas au bout de ses peines, elle devra encore se battre pour une parcelle de bonheur, qu’elle finira par trouver à Chambly, auprès de ses enfants et petits-enfants.

Écrire pour se souvenir

« Vers la fin, ma mère, Belle, me disait souvent que quelqu’un devrait écrire un livre sur sa vie. J’acquiesçais alors, car il était difficile de ne pas être d’accord en en connaissant les méandres. Ses histoires étaient si captivantes, pleines de résilience et de force », ce qui a donné envie à Lorraine de les coucher sur papier.

C’est lorsque la pandémie a frappé, alors que la maladie d’Alzheimer volait peu à peu ses souvenirs à Belle, que sa fille s’est décidée à écrire le livre de sa vie. « Lorsque j’en ai parlé à mes proches, j’ai eu des réactions mitigées », d’admettre la Chamblyenne, qui s’est quand même rendue au bout de ses ambitions, ne pouvant se résoudre à laisser la mémoire de sa mère disparaître. Elle s’est donc soumise au processus d’écriture, qu’elle avoue avoir trouvé éprouvant sur le plan émotionnel, notamment parce que Belle est décédée l’an dernier, dans des conditions que sa fille n’arrive point à accepter.

Un deuil difficile à faire

« Ma mère vivait à la résidence pour aînés Rivière Richelieu. Elle y a vécu plusieurs années, dont les trois dernières de sa vie à l’étage destiné aux usagers ayant l’Alzheimer, dans le bâtiment 1. Ma sœur et moi étions ses proches aidantes. Nous lui rendions visite tous les jours qu’on nous le permettait. » 

Un jour, Lorraine reçoit un appel l’informant du fait que sa mère avait été envoyée en ambulance à l’Hôpital du Haut-Richelieu, à la suite d’une chute qu’elle aurait faite. « Un préposé a mentionné qu’elle s’était probablement cassé le bras, mais ne savait pas quand. Ma sœur et moi voulions voir ma mère à l’hôpital, mais l’accès nous était interdit en raison de la COVID et des mesures sanitaires appliquées. Lorsque nous avons finalement pu voir Belle, son état s’était déjà dégradé au point de la rendre terriblement confuse, et mal nourrie », se remémore Lorraine, dont la maman, Belle, est décédée le 16 avril 2021 en CHSLD. « Ma mère est décédée des suites de l’isolement, d’un bras cassé et des complications de la COVID, sans même avoir contracté le virus », estime Lorraine, en entrevue avec le Journal de Chambly. Si son roman se concentre davantage sur la vie active de sa mère, l’écrivaine y consacre plusieurs pages sur la maladie qui lui dérobait sa mémoire et sur ce qu’a été sa vie en RPA. Ayant déjà entamé l’écriture d’une suite à Dancing with Belle, Lorraine espère que son hommage à sa mère mettra en lumière son histoire, mais aussi celle d’autres patients atteints d’Alzheimer, dont elle estime qu’il faut revoir les conditions en résidence pour aînés.

Le livre Dancing with Belle est disponible en vente sur Amazon.

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires