CSP : L’aide aux devoirs ne sera pas rétablie, croit le député Roberge

CSP : L’aide aux devoirs ne sera pas rétablie, croit le député Roberge

ÉDUCATION. Le député de Chambly Jean-François Roberge est convaincu que l’aide aux devoirs ne sera pas rétablie dans les écoles primaires de la Commission scolaire des Patriotes cette année.

«Le budget est déjà adopté, alors la situation ne pourra pas être corrigée en cours d’année. Il faudrait changer de gouvernement pour que ça se produise», affirme-t-il.

Même si le budget attribué à l’éducation est plus élevé cette année, le député indique qu’il ne couvre pas l’augmentation du coût de la vie. «Le problème, c’est qu’il manque d’argent. Le gouvernement coupe dans les mesures d’aide à la réussite et ensuite, il reproche aux écoles de ne pas les offrir», déclare-t-il.

M. Roberge se réjouit toutefois de l’autonomie que la Commission scolaire des Patriotes accorde aux écoles. Toutefois, ils considèrent que leurs choix se trouvent limités par le manque de fonds. «Les écoles ont le choix de se couper un bras ou une jambe. Elles peuvent choisir où elles vont couper, mais pas les services qu’elles vont offrir», soutient-il.

Contactée à ce sujet, la responsable des communications à la Commission scolaire des Patriotes, Lyne Arcand, juge qu’il est encore trop tôt pour savoir quelles mesures les écoles primaires vont mettre en place pour répondre aux besoins des élèves.

Qui doit décider?

Le gouvernement demande que des montants soient dédié à certaines services, une exigence inadéquate selon le député, bien qu’il juge qu’une somme doit être accordée à l’aide individualisée pour les élèves.

«Il ne devrait pas y avoir d’enveloppes dédiées à des éléments en particulier, mais ce devrait être aux écoles de décider où va l’argent. Ce sont elles qui connaissent le mieux les besoins des étudiants. La place doit être redonnée aux directions, aux professeurs et aux parents», indique-t-il.

À titre d’exemple, M. Roberge croit que si le gouvernement exige à une école de dédier un montant particulier à l’informatique alors qu’elle a acheté des ordinateurs l’année précédente, cela pourrait l’empêcher de répondre à un autre besoin, comme celui d’acheter de nouveaux livres.

Rappelons que l’ensemble des directions d’écoles primaires de la Commission scolaire des Patriotes ont décidé d’abolir l’aide aux devoirs l’automne dernier en raison des coupures budgétaires.

Cette  décision attriste encore le député qui est le porte-parole du deuxième groupe d’opposition en matière d’éducation. «L’aide au devoir est importante, car les élèves qui en bénéficient peuvent rattraper ce qu’ils n’ont pas compris», affirme-t-il.

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires