Cruauté animale: une explication logique ?

L’édition du 13 janvier du Journal de Chambly relatait la mésaventure d’un chien qui, lors d’une promenade avec sa maîtresse, s’est pris la tête dans un collet destiné à la trappe aux renards. Heureusement pour eux, la dame a pu sauver son chien. Tout est

La poursuite de la lecture de l’article m’a tout simplement sidérée. Il semblerait que la pose de collets permet de «limiter la propagation de certaines maladies comme la rage entre les animaux», selon l’Association des trappeurs de la Montérégie. Si la propagation de ces maladies est l’objectif premier, pourquoi ne pas capturer les animaux malades et les euthanasier «humainement» ou faire comme avec les ratons et distribuer des vaccins?

De plus, à ce que je sache, les collets ne font pas la différence entre un animal sain et malade ou d’une espèce x ou y ! Alors l’argument «logique» ne tient pas la route. Le collet de trappe impose une mort lente, extrêmement souffrante et cruelle. Comment se fait-il qu’en 2016 notre société accepte encore de telles pratiques? «On reconnaît la grandeur et la valeur d’une nation à la façon dont celle-ci traite ses animaux», disait Mahatma Gandhi.

Nathalie Charbonneau

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
1 Commentaire
plus ancien
plus récent plus voté
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires
Michel frappier
Michel frappier
1 année

Oui effectivement une mort cruel j’ai été autrefois un poseur de colet et quand j’ai réalisé cette souffrance que jimposai a cette animal. Les collet devrais être interdit. Michel