Crématorium pour animaux à Chambly : un service pour vivre son deuil

Photo de Martine Veillette
Par Martine Veillette
Crématorium pour animaux à Chambly : un service pour vivre son deuil
Les nouveaux propriétaires de l’endroit veulent transformer le bâtiment en crématorium pour animaux. (Photo : Martine Veillette)

Un projet d’aménager un crématorium pour animaux à Chambly se dessine. Un des propriétaires et promoteurs du projet, Pierre-Yves Anglaret, a présenté brièvement le dossier au journal.

D’entrée de jeu, connaissant la décision et les discussions tenues au conseil municipal le 4 août, il a mentionné ne pas vouloir commenter la position de la Ville ni faire le sujet d’une polémique. Au moment de l’entrevue, il n’avait toujours pas eu de retour de la Ville à la suite de l’assemblée.

M. Anglaret a toutefois bien voulu présenter la nature de son projet. « On veut ouvrir le plus beau crématorium pour animaux au Québec, peut-être même au Canada. On veut offrir un service différent de ce qui est proposé présentement dans des sites plus industriels », avance-t-il.

L’homme œuvre avec La Compagnie des vétérinaires, basée en France, et est en partenariat avec l’entreprise Compagnons Éternels, établie à Rigaud.

« Nos entreprises ont pour mission d’être au service des animaux de compagnie et de leurs propriétaires. On offre un service de qualité, assez proche de ce que l’on retrouve pour les humains », dit-il.

M. Anglaret affirme que pour certains propriétaires d’animaux, le deuil de la perte de leur compagnon nécessite un accompagnement. C’est dans ce sens qu’il veut offrir ses services.

Aucun dans la région

Selon ses informations et les recherches effectuées, aucune crémation ni service funéraire pour animaux ne sont offerts en Montérégie.

« On trouve regrettable que les gens doivent faire plusieurs kilomètres pour avoir accès à ce service. On veut leur offrir la possibilité de l’avoir à proximité », précise l’homme qui œuvre dans ce métier depuis plusieurs années.

Il souhaite que les gens de l’ensemble de la Montérégie puissent en bénéficier. « On espère qu’avec la qualité du service que l’on offre, les gens voudront venir », mentionne-t-il.

« Nos entreprises ont pour mission d’être au service des animaux de compagnie et de leurs propriétaires. On offre un service de qualité, assez proche de ce que l’on retrouve pour les humains. » – Pierre-Yves Anglaret

Secteur

L’homme soutient avoir choisi Chambly pour plusieurs raisons. « On trouve que c’est une ville dynamique. C’est un endroit où ce service n’existe pas. On est ravis de pouvoir contribuer à l’économie locale de cette belle ville », relate-t-il.

Pour ce qui est du lieu, soit à proximité du Pôle culturel, M. Anglaret n’y voit pas d’incompatibilité. « On pense que notre centre n’aura pas d’impact négatif sur le Pôle culturel. Les gens peuvent assister à la crémation de leur animal. On les accompagne le temps qu’il faut, ça peut prendre trois heures. On est ravis de pouvoir les inviter à passer un moment de détente dans ce bâtiment où l’on retrouve la bibliothèque », indique-t-il.

Au conseil municipal, le directeur général par intérim, Jean-François Auclair, a spécifié que l’entreprise tenait à être sur un boulevard avec un feu de circulation. Le site convient donc parfaitement.

Architecture

M. Anglaret souligne que lui et ses partenaires ont pris soin de l’apparence qu’aurait son commerce. « On a fait le choix de préserver l’identité du bâtiment. Les gens de Chambly sont habitués de le voir, on a donc voulu le maintenir le plus possible », mentionne-t-il.

Selon le rôle d’évaluation, le bâtiment a été construit en 1963. « On veut qu’il s’intègre à l’histoire », précise celui qui est d’origine française.

Il ajoute qu’ils ont également eu le souci de s’assurer que l’apparence cadre avec le Pôle culturel, qui se trouve tout près. Le propriétaire assure qu’il souhaite collaborer avec la Ville afin que son projet soit accepté.

De plus, il précise vouloir faire travailler des gens de la région et du Québec. Par exemple, pour le four, il compte l’acheter d’un fournisseur à Terrebonne.

L’entreprise est devenue propriétaire de l’endroit en octobre 2019.

À lire aussi: 

Crématorium pour animaux à Chambly : la demande suspendue temporairement

Partager cet article

3
Laisser un commentaire

avatar
3 Fils de commentaires
0 Réponses de fil
0 Abonnés
 
Commentaire avec le plus de réactions
Le plus populaire des commentaires
2 Auteurs du commentaire
Paulette MaillouxBrigitte C. Auteurs de commentaires récents
  S’abonner  
newestplus récent plus ancien Le plus populaire
Notifier de
trackback

[…] Crématorium pour animaux à Chambly : un service pour vivre son deuil […]

Brigitte C.
Guest
Brigitte C.

C’est clair que c’est le lieu qui pose problème. Le deuil et le recueillement côtoyant immédiatement un lieu absolument dynamique, festif par sa vocation de divertissement, amène un clash. Un crématorium animal, au Québec, ça se tient en parc industriel semble-t-il. Pour avoir visualiser l’audience du dernier conseil, je suis absolument d’accord de reporter ce point. J’espère que l’opinion juridique validera la définition des mots formulant le réglement !

Paulette Mailloux
Guest
Paulette Mailloux

C’est une super idée, mon chien se fait vieux et j’aimerais beaucoup pouvoir garder ses cendres, je n’airais pas jusqu’a une cérémonie, mais de pouvoir l’enterrer chez-moi, chez-lui, me consolerait ….