Créer aux Récollets

Photo de Jean-Christophe Noël
Par Jean-Christophe Noël
Créer aux Récollets
Photo prise lors du tournage du clip de la pièce D'abord. (Photo : (Photo : courtoisie))

Le Chamblyen François Rossignol est à nouveau lauréat d’une bourse de résidence artistique du Conseil des arts et des lettres du Québec (CALQ) à Paris lui permettant de séjourner aux résidences des Récollets.

Il y était allé une première fois en 2019, de mai à juin inclusivement. Cette fois-ci, c’est pour y présenter le travail composé lors de sa première résidence aux réputés Récollets. À la suite de ce premier séjour de deux mois, le pianiste, percussionniste et compositeur a sorti un livre de partitions et un disque qu’il entend bien distribuer en France, en Italie et en Suisse lors de l’actuel séjour en Europe. Son séjour prendra fin en décembre.

Album Onze Matins

L’album Onze Matins a été composé conséquemment au séjour en France de 2109. Onze opus garnissent le disque. « C’est un album chaleureux », dépeint simplement l’artiste. En 2019, aux Récollets, son mandat était de répondre à une commande d’œuvre. Il devait écrire la musique d’un ballet contemporain. Le pianiste qualifie la commande d’intello, d’austère, de dure. Il a donc ensuite ressenti le besoin de composer quelque chose de plus zen. C’est en allant dans la cour intérieure des Récollets qu’il a commencé à « griffonner » l’album. « Je me réfugiais dans des souvenirs réconfortants du Québec », se rappelle le musicien, qui avait profité de l’occasion pour faire le point et se ressourcer intérieurement. Onze Matins se trouve à être le fruit de ce ressourcement.

Un an plus tard, alors que la pandémie était déclarée, François Rossignol a trouvé un projet pour s’occuper à domicile. Il a ressorti la pile de compositions amorcées préalablement en France. En faisant le ménage, il a assemblé le produit. « Il y en avait onze et ça m’avait pris onze matins pour les faire », résume-t-il.

La vidéo de la pièce D’abord, extraite de l’album Onze Matins, est en ligne sur YouTube.

« Pour moi, c’est le paradis. Il y a une énergie qui est à fleur de peau. » – François Rossignol

Résidences des Récollets

Le centre international d’accueil et d’échanges des Récollets propose des locations de logements meublés avec services pour chercheurs et artistes, pour des durées variant d’un mois à deux ans. Ces logements s’adressent uniquement à des chercheurs et à des artistes étrangers sélectionnés par des organismes de parrainage. Trente-cinq réservataires se partagent les 80 logements et les utilisent en fonction de leur programmation. « Les Récollets, c’est aller dîner à une table avec des personnes qui viennent de cinq continents », synthétise François Rossignol. Entouré d’artistes divers, venant de sphères de tout acabit et dont l’unique mission est de créer, la stimulation artistique atteint son paroxysme. « Pour moi, c’est le paradis. Il y a une énergie qui est à fleur de peau », confie M. Rossignol.

L’histoire d’une vie

Il avait quatre ans lors de ses premiers cours de piano. « Je n’ai jamais vraiment arrêté depuis », dit le principal intéressé. Le catalogue d’exploits François Rossignol se chiffre dans les milliers, incluant plusieurs centaines de réalisations professionnelles pour le cinéma, le théâtre et la danse. Ses œuvres ont été jouées dans de prestigieux festivals, dont Cannes et Aubagne. Il œuvre aujourd’hui principalement dans les grands théâtres du Québec, où il occupe le double poste de concepteur sonore et de compositeur. Ses compositions et commandes d’œuvres ont été plusieurs fois soutenues et récompensées par le CALQ et le CAC par des prix, des octrois et des bourses. Après plus de 30 ans de carrière dans le domaine musical, l’homme de 54 ans présente un répertoire personnel riche en images qui se démarque par son éloquente originalité.

Objectifs du CALQ

Le CALQ vise cinq objectifs à l’égard de son programme d’ateliers-résidences : soutenir et stimuler les créateurs en mettant à leur disposition un environnement et des moyens appropriés à la réalisation et à la diffusion de leurs œuvres; favoriser le ressourcement des artistes et des écrivains en leur donnant accès à un milieu culturel nouveau et stimulant; permettre l’échange de points de vue artistiques ou littéraires et contribuer à l’établissement de liens durables entre les créateurs du Québec et ceux de l’étranger; promouvoir le travail et le développement de la carrière des artistes québécois(es) à l’étranger; développer de nouveaux réseaux de création, de production et de diffusion artistiques.

C’est une bourse de 5 000 $ que touche François Rossignol. Celle-ci couvre ses frais de subsistance en sol européen. Sur place, il a aussi accès « au 216 », qui se trouve à être un gigantesque et luxueux studio. « On est vraiment gâtés, les Québécois, quand on va là-bas », termine le Chamblyen.

Partager cet article